jeudi, juillet 18, 2024
AccueilSportSport/Volleyball : Scandale sexuel à la Fécavolley, les langues se délient

Sport/Volleyball : Scandale sexuel à la Fécavolley, les langues se délient

On espère que toute la lumière sera bientôt faite sur le scandale sexuel qui pèse sur la Fédération camerounaise de volleyball. C’est en tout cas, c’est ce que laisse penser un communiqué du Président Bello Bourdanne daté du 03 juillet 2024. Lequel communiqué indique la mise sur pieds d’une commission d’enquête interne et indépendante pour recevoir les plaintes, les requêtes et les dénonciations faites par des athlètes à l’encontre de cadres de l’instance… Sauf que, le même président est accusé par une ancienne volleyeuse d’être juge et partie donc inapte à mener le dossier à bon port.

A priori, les interpellations publiques de certains acteurs de la toile à l’instar du lanceur d’alerte Nelson Ngoye et de l’animateur Kletus Bantu, ont semblé avoir trouvé un écho favorable auprès de l’instance faitière du volley-ball national. Ils se sont insurgés contre le silence complice voire le mutisme dont les leaders d’opinion et la classe dirigeante font montre. Le communiqué du Président Bello Bourbanne en date du 03 juillet 2024 sonne comme un ouf de soulagement pour l’ensemble des acteurs de ladite fédération. Une commission d’enquête interne et indépendante a été mise en œuvre pour connaitre des plaintes, des requêtes et les dénonciations, ainsi que les modalités de fonctionnement de la fédé. On précise également que les plaignants doivent déposer leur requête au plus tard le 30 juillet 2024 à 18heures au siège de la fédération, sise au quartier ‘’Dragage’’ à Yaoundé.

A peine avait-on fini de digérer le communiqué qu’une lettre anonyme d’une volleyeuse, qui dit avoir été victime d’abus sexuels montre au créneau pour remettre en cause l’efficacité d’une telle mesure, bien que salutaire au vue de certains. De manière ouverte, la concernée a attaquée d’emblée le sieur Bello l’accusant d’être juge et partie. D’autant plus que la « lettre l’incrimine au premier plan » lorsqu’il était aux affaires : « C’est lui qui doit passer en 1er devant la commission d’enquête car, il a instauré un climat obscène au sein de la fédération » avait-elle conclu dans cette correspondance. Le vice ne s’était pas arrêté aux seniors dames, il s’en est poursuivi jusqu’aux U18. Lors de la récente Coupe d’Afrique des Nations en 2022 au Cameroun, certaines athlètes, pour avoir refusé de céder aux avances et intimidations du staff dirigeant n’avaient pas reçu leur prime de participation. On évoque aussi entre les faits : les abus sexuels sur mineurs.

Julien Serges Abouem

Un scandale qui intervient alors que la Fédération camerounaise de volleyball fait face à une crise sans précédent où on enregistre un bicéphalisme au sein de l’exécutif. Une crise qui a divisé la fédération en deux. Des supporters de Bello Bourdanne comme Président et ceux qui n’obéissent qu’aux directives de Julien Serges Abouem, lui aussi président. Ce dernier est celui qui a été reconnu par les instances internationales et débouté par la tutelle qui a déjà pris parti pour le 1er. Depuis 2 ans déjà, c’est chacun qui organise son championnat, selon les volontés du parrain.

Luc Biga

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus Populaires

Commentaires recents