jeudi, juillet 18, 2024
AccueilPeoplePEOPLE / Société: Affaire « King Nasty », Me Alice Nkom demande...

PEOPLE / Société: Affaire « King Nasty », Me Alice Nkom demande aux autorités de ne pas appliquer la loi du 2 poids 2 mesures

La toile est en ébullition depuis la diffusion d’une photo polémique impliquant la fille du Président camerounais Brenda Biya alias King Nasty. La photo en question la montre en bonne compagnie avec une jeune femme qu’on présente sous le nom de Laoncita. L’image a provoqué un tel tollé et suscité des réactions d’indignation jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. Parmi elles, celle de l’avocate camerounaise de renommée internationale et fervente militante de la cause LGBT, Me Alice Nkom, qui demande aux autorités de trouver là, une occasion de légaliser l’homosexualité.

Le plaidoyer des défenseurs

Dans une interview récemment accordée à RFI (Radio France Internationale), Me Alice NKOM, militante invétérée pour la cause LGBT+++ au Cameroun, a apporté son soutien inconditionnel à la fille du Président de la République, Brenda Biya connue sous le nom d’artiste King Nasty. Puis, dans son plaidoyer sur la dépénalisation de l’homosexualité, elle souligne que « le geste de cette femme est un acte historique qui annonce des changements nouveaux auprès du législateur (camerounais, ndlr)».
Quelques journées plutôt, toujours dans ce média international, elle demandait aux pouvoirs publics « de ne pas appliquer la loi de deux poids deux mesures : « Pendant que certains sont en prison pour des mêmes faits, d’autres en seraient exemptes pour une raison ou pour une autre. Personne n’est au-dessus de la loi » a-t-elle conclu!

Autres réactions

Cette nouvelle continue d’enflammer la toile et d’alimenter les débats tant au Cameroun qu’à l’étranger. Tenons par exemple que, pas plus tard que ce mercredi matin du 03 juillet 2024 dans le cadre de l’émission Appel sur l’actualité, diffusé sur le média français, la dite affaire était au cœur de l’actualité.
Mais avant, l’on a dû assister à un échange très houleux sous fond de menaces verbales entre l’artiste Maalhox et l’influenceur transgenre Shakiro sur les réseaux sociaux. Injures et propos malveillants s’en sont suivis. Quand on sait que Shakiro, exilé en Belgique est une figure de proue dans cette communauté homosexuelle. Dans l’entre-jeu, le journaliste et activiste Boris Bertolt estime «qu’il est temps de libérer la vingtaine de prisonniers de la cause au Cameroun ».

L’affaire

En date du 30 juin dernier sur son compte Instagram, Brenda Biya sous le pseudonyme King Nasty, avait posté une photo dans laquelle elle partageait un baiser avec une jeune femme avec en accompagnement, cette légende : « Je suis folle de toi, et je veux que tout le monde le sache ». La nouvelle s’est propagée comme une trainée de poudre, alimentant les chaumières et la toile. Un présumé coming-out qui suscite indignation et une interrogation, puisque le Cameroun reste l’un des rares pays au monde qui refusent de légaliser la pratique d’homosexualité.

Luc BIGA

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus Populaires

Commentaires recents