mardi, juin 18, 2024
AccueilSportPEOPLE /SPORT/Athlétisme : Dominic Atiol de l'équipe olympique des réfugiés, suspendu pour...

PEOPLE /SPORT/Athlétisme : Dominic Atiol de l’équipe olympique des réfugiés, suspendu pour dopage avant les Jeux de Paris 2024.

L’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU) a annoncé hier 20 mars, avoir provisoirement suspendu Dominic Lokolong Atiol, l’athlète de l’équipe des réfugiés qui a été testé positif à la trimétazidine, une substance interdite selon le règlement mondial antidopage.

Après Fouad Idbafdil, membre de l’équipe de réfugiés et coureur de 3 000 mètres steeple sanctionné de 3 ans en Décembre 2023 après un contrôle positif à l’EPO, une hormone sanguine interdite, c’est au tour de Dominic Lokolong Atiol, un autre athlète de l’équipe des réfugiés de tomber sous le coup de l’Unité d’Intégrité de l’Athlétisme, l’organisme chargé de l’organisation et de la gestion du contrôle antidopage aux Jeux Olympiques.
Le Sud-soudanais âgé de 24 ans se préparait déjà pour les Jeux de Paris qui s’ouvrent le 26 juillet prochain, lorsqu’il a reçu la nouvelle de sa suspension suite à un contrôle positif à la trimétazidine. Le coureur qui vit et s’entraîne au Kenya aurait d’après l’AIU reçu la notification de cette allégation auquel il fait face dans le cadre d’une affaire disciplinaire en cours. Le spécialiste des 800 et 1 500 mètres, fait partie des plus de 60 athlètes réfugiés qui reçoivent une aide financière du Comité International Olympique.
Installé depuis l’âge de 11 ans au camp de réfugiés de Kakuma au Soudan depuis le décès de ses parents, s’est découvert un talent d’athlète. Aujourd’hui, le sportif s’entraîne au centre de formation Peace Foundation de la marathonnienne Tegla Loroupe, sur les collines de Ngong au sud-ouest de Nairobi, dans le Sud du Kenya.

Téléchargez l'application mobile Laura Dave Media/TV

La trimétazidine, un médicament interdit pour le cœur a déjà fait de nombreuses victimes dans le monde du sport. La patineuse artistique russe Kamila Valieva a elle aussi payé les frais de l’utilisation de ce produit, qui lui a coûté quatre ans de suspension en janvier dernier, soit 2 ans après les Jeux controversés de Pékin en 2022.

Marcelle Libawo

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus Populaires

Commentaires recents