lundi, avril 15, 2024
AccueilNewsNEWS : Addis Abeba prend un café avec Franck Olivier Tchakounté.

NEWS : Addis Abeba prend un café avec Franck Olivier Tchakounté.

Addis Abeba a connu un double évènement du 7 au 10 février 2024 : La 20ème conférence et exposition des cafés fins d’Afrique et la première semaine africaine du Café.

Un rendez-vous qui a mobilisé les acteurs et les officiels de la filière café des quatre coins du monde. Le Cameroun, pays du café arabica et robusta y était également représenté à travers le Minader, le Mincommerce, l’officie du cacao et du Café sous la houlette de son directeur général adjoint Abdoulaye Nana.


Un évènement qui a vu la présence de Franck Olivier Tchakounté, directeur des opérations chez GICCOPACAM SA, un acteur majeur de la filière au Cameroun, au côté du président du Gex Ephraim Tchakounté.
Il a été question pendant cette conférence, d’échanger avec les différents acteurs de la filière caféière en Afrique et dans le monde. Franck Olivier Tchakounté qui a participé aux échanges et aux partages d’expériences en a profité pour mettre un accent aigu sur la nécessité de renforcer la culture de ce produit au Cameroun.

Au cours des échanges, les représentants de l’Union Européenne ont mis en évidence les détails sur les nouvelles réglementations qui entreront en vigueur d’ici la fin de cette campagne. En effet, l’Union Européenne nourrit l’ambition de travailler avec des partenaires qui feront montre de traçabilité totale des produits destinés à l’exportation à l’international plus précisément du côté de L’Union Européenne.

Beaucoup de pays africains sont déjà avancés dans l’application de cette consigne et les autorités camerounaises sont en train de mettre tous les moyens pour accompagner ses opérateurs sur ce nouveau modèle d’opération

L’ECOLOGIE AU MENU DES DISCUSSIONS

Les échanges ont également porté sur les questions environnementales. Une politique d’incitation à la préservation de l’environnement est en cours d’expérimentation. Il s’agira de récompenser non seulement les planteurs mais aussi les exportateurs qui intègreront une dimension écologique dans leurs processus. Ces planteurs devront stocker du carbone dans le sol qui après calcul pourra générer des crédits en carbone convertible en euro ensuite en monnaie locale et reversé chez le planteur.


Grosso modo, les principaux acteurs tels que les agriculteurs devraient faire une transition totale pour adopter des techniques de culture durables tels que l’agroforesterie et l’agriculture mixte pendant que les exportateurs de leur côté, devraient s’engager à insérer dans leur mode opératoire les différents procédés lies à la traçabilité des produits acquis depuis les plantations jusqu’à l’exportation.
Des consignes que Franck Olivier Tchakounté compte bien implémenter chez Giccopacam et vulgariser auprès des fournisseurs et planteurs de la chaine au Cameroun.

La Rédaction.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus Populaires

Commentaires recents