- Publicité -

Bruit d’orchestre, le mercredi 4 Août 2021 la nouvelle du décès soudain de la légende du Makossa Nkotti François retentissait comme un clairon sur la place publique. Papa Desto comme l’appelait affectueusement ses proches a rangé son micro à l’âge de 70 ans laissant dernière lui de riches souvenirs et des oeuvres qui parlent en son nom.

Naissance et début d’une vie de légende…

Nkotti François, le baobab de la musique camerounaise voit le jour le 15 février 1951 à l’hôpital de Bonassama situé dans le 4 ème arrondissement de la ville de Douala. Enfant, il rêve de devenir un homme en soutanes et se présente au concours du Juvénat de Makak mais faute de moyens il ne peut poursuivre ses études de prêtrise. C’est alors qu’il se tourne vers la musique.

À la base , l’icône du makossa est fan de guitare , d’ailleurs il en conçoit une à l’aide des coques de noix de coco et de files de pêche alors qu’il est élève à l’école primaire. Son amour pour la musique va grandir lorsqu’il intègre la Chorale Christ Roi de Souza où il va éclore son talent de chanteur.
Pour vivre, il enchaînera de petits boulots tels que: porteur de sacs de ciment au port autonome de Douala, puis gérant d’un bar et, en soirée Nkotti François est chanteur de cabaret après avoir laissé ses études en classe de 5eme au collège Erbert en 1963.

C’est ainsi qu’avec ses différentes rencontres à Douala, il fonde le groupe mythique des BLACK STYL en 1972 avec les chanteurs et instrumentistes Toto Guillaume, Émile Kangue , Yves Lobe et Jean Mouelle entre autres, afin de relancer le makossa qui était alors combattu par les musiques française et congolaise à cette époque. C’est le début d’une longue carrière musicale pour ce géant du makossa qui se faisait également appelé « DESTO » par ses proches, un petit nom devenu une empreinte indélébile qui durera un demi siècle.

Avec sa troupe les Black style et son camarade Toto Guillaume, ils enregistrent en 1972 leur premier 45 tours « Francoise » qui ne laisse indifférent le public de l’époque. Le talent et les émotions sont au rendez-vous, la troupe se dit être prête pour relever le défi : Celui de rehausser le Makossa. Un objectif atteint puisqu’aujourd’hui ce groupe s’inscrit comme une référence dans l’univers du Makossa.

Le groupe ne s’arrête pas en si bon chemin, ils enchaînent par la suite le titre « Ndutu » et séduit la maison de disque Sono Disc basée à Paris en France. Celle-ci accepte à la fin de l’année 1973 d’enregistrer quelques titres du groupe qui plus tard connaîtront un succès fou.

Nkotti François engagera des années après une carrière solo qui lui vaudra 26 albums sur le marché en pratiquement 50 belles années.
Durant ses 50 ans de carrière, l’homme à la belle et puissante voix connaît à son actif au moins 150 compositions parmi lesquelles : « Best of makossa » en 1997,  » Le testament du makossa » en 2009 , « Matinga » en 2011, « De bonaberi à Douala » pour l’année 2016, et  » 30 ans de musique » en 2018 entre autres.

Nkotti François et ses oeuvres

De 1971 à 2021, l’homme de culture pouvait se vanter de l’héritage colossal qu’il a laissé à son pays le Cameroun. Tout d’abord sa foire FOMARIC ( Foire Musicale Artistique Industrielle et Commerciale) créée en 1993 et qui s’est depuis lors bonifié au regard de la notoriété collée à ce concept qui valorise à la fois la Musique, les petites et moyennes entreprises pour ne citer que celles-là. D’ailleurs le Festival Fomaric est depuis le 19 décembre 2018, reconnu d’utilité publique par le président de la République du Cameroun son excellence Paul Biya. Pour ceux qui ne le savaient pas, Nkotti François est la figure de proue à l’origine du concours de la chanson Camerounaise devenu aujourd’hui Mutzig star. Un héritage culturel, un creuset qui fait exploser les talents de son pays comme Belka Tobis, Inesbo, Prince Afo Akom, Big Benji Mateke , Longue Longue, Dina Michou, One face, Dynastie le tigre, NDA Chi, Jimmy Costa entre autres.

Hors-mis la musique Nkotti François, l’homme à la forte carrure était également impliqué dans la politique. Sous la férule du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais, Destopelaire était maire de la commune de Bonalea située dans le département du Moungo région du littoral. Il aura effectué dans cette commune pratiquement 11 ans après son entrée 2002.

Nkotti François est certes déjà dans l’au delà mais, on se souvient encore de ses dernières prestations en Mars 2021, entre la Falaise Diamond de Bonanjo à Douala le 19 Mars et à Yaoundé à l’hôtel Mont Febe le 26 mars à l’occasion de ces noces d’or. Oui, cela faisait déjà 50 ans que l’homme s’attelait à rendre fleurissante nos vies par son talent démesuré.

Partie à un moment inattendue, Nkotti laisse orphelin la musique mais son autobiographie de 280 pages intitulé « On m’appelle Desto » va sans doute contribuer à la pérennisation de son nom.
La terre s’est définitivement refermée sur l’homme de culture le 2 octobre 2021 du côté de Souza.

Repose en Paix Papa Desto.

Serge Bonny et Lafleur Mbougnia

- Publicité -