- Publicité -

C’est certainement avec les larmes aux yeux que le Golden Boy Kaissa Pakito a tenue en quelques lignes à livrer des bribes de l’exceptionnel parcours de Nkotti François, l’un des chanteurs les plus influents de la troupe  »Black Styl » parti pour l’au delà le 4 août dernier à l’hôpital général de Douala des suites de maladie.

Après 70 belles années de vie sur terre, c’est un  »Destopelaire » comme l’appelait affectueusement ses proches que Kaissa Pakito peint sur son compte officielle Facebook.

C’est en 1970 que le passionné, féru du bon travail dépose ses valises dans la capitale économique du Cameroun Douala après avoir chatouillé par son animation musicale quelques habitants de sa ville de naissance Souza comme le relate le chanteur Kaisa Pakito.

Étant à Douala alors qu’il a à peine 14 ans ‘‘Il s’essaie dans plusieurs formations dans les multiples bar et cabarets de l’époque, jusqu’à ce qu’il prenne les rênes du Davoum Bar à bonaberi… » un quartier de la ville de Douala qui deviendra plutard son lieu de résidence jusqu’à son dernier Soupir puisqu’il habitait fin goudron Bonamikano.

Au Quartier, Nkotti François et ses compagnons de l’époque ne passaient pas inaperçu dans les coins chauds, il décide de créer aux côtés de Mouelle Jean, Toto Guillaume, Essombè, Emile Kangue l’un des plus grands groupe de Makossa intitulé BLACK STYL  »…avec Mouelle Jean qui est à la guitare, Toto Guillaume à la solo, Essombè à la Batterie et à la fin Émile Kangue rejoint la troupe…ils enregistrent leur premier 45 tours en 1972 « Francoise » qui connait un succès fou et sonne le glas d’une belle carrière pour ces derniers.


Mais, le succès ne s’arrête pas là  »Desto Nkotti François va plus marquer les esprits par sa justesse au chant avec Émile Kangue, ils forment un duo qui ne laisse personne insensible » écrit Pakito.


Nkotti François c’est la courroie de transmission et de découverte d’une pléthore de talents à l’exemple du gardien de L’ambassibé Sallé John, de Hoigen Ekwalla, de Bella Tobis et Martino Ngalle pour ne citer que ceux-ci.

Le promoteur du festival Fomaric créé en 1993 a rangé son micro laissant derrière lui une marque indélébile dans la musique Camerounaise qu’il a servi pendant plus de 50 ans.

Repose en Paix Destopelaire, Nkotti François.

Serge Bonny

- Publicité -