- Publicité -

Après le bronze au 100 mètres, énorme coup dur pour le sprinteur jamaïcain ce samedi soir qui, foudroyé par une blessure, n’a pas pu finir le relais 4x100m. La fin maudite d’une carrière exceptionnelle, aux nombreux exploits.la simple évocation de son nom suffit à électriser le public dans les stades où il a laissé sa marque. Et son échec à décrocher l’or samedi 5 août, lors de sa dernière finale du 100 mètres aux Mondiaux de Londres n’y changera rien. Et sa blessure lors de son dernier relais 4×100 mètres ce samedi 12 août l’inscrira même davantage dans la légende de l’athlétisme. Une fin qui est tout aussi effroyable que sa carrière a été immense. Car l’athlète jamaïcain a régné sans partage sur le milieu des sprinteurs. Un règne hors-normes qui s’est aussi accompagné de scepticisme à la hauteur de ses performances.

https://youtu.be/ZjuWPBtU6ps

Parler d’Usain Bolt et de sa carrière implique forcément de faire un détour par Berlin. On est en 2009,  un an après le record du monde (alors à 9″58) établi sur 100 mètres aux JO de Pékin… déjà par l’athlète jamaïcain, qui détenait d’ailleurs la précédente marque, à 9″72. Mais aux Mondiaux en Allemagne, le sprinteur va encore repousser ses limites sur la piste bleue du Stade Olympique. 9″58. 37,58 km/h de moyenne, avec une pointe de vitesse à 44,7 km/h. C’est la première fois qu’un athlète passe sous la barre des 9″70, et même sous la barre des 9″60.

Quelques jours plus tard, cette fois sur 200 mètres, le sprinteur jamaïcain établit un nouveau record du monde à 19″19. Et améliore de 11 centièmes le précédent record établi un an plus tôt à Pékin. Durant ces deux années, Usain Bolt règne sans partage sur les épreuves reines du sprint. 8 ans après, personne n’a dépassé ses records.
Depuis le début, j’ai été le meilleur. Pour moi, c’est une preuve suffisante de mon talent. J’ai fait des efforts pour être là où je suis. Regardez les faits, ils prouvent que je suis le meilleur. Je ne peux rien dire de plus ».

 

Comme il est difficile de comparer les performances d’Usain Bolt à celles des autres meilleurs sprinteurs de la planète, les scientifiques ont dû venir à la rescousse pour trouver des éléments de comparaison à cette vitesse jamais vue sur piste. Alors oui l’athlète jamaïcain est bien l’être humain le plus rapide sur 100 mètres, mais il l’est moins qu’un de nos ancêtres, l’homme de Néandertal.

Goodbye Bolt.

Yvan Ango.

- Publicité -