- Publicité -

Une procédure de licenciement pour faute grave a été officiellement engagée par l’OM à l’encontre d’Henri Bedimo, jeudi dernier. Le joueur disposait encore d’une année de contrat mais le club a préféré s’en séparer. Interrogé par l’Equipe, Bedimo juge le motif de son licenciement « abusif » et « fallacieux ».
« Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage », dit l’expression. Inventer des torts à celui qu’on souhaite éliminer, c’est un peu ce qu’impute Henri Bedimo à l’OM, qui vient d’engager une procédure de licenciement pour faute grave à son encontre.

Image associée

L’OM reproche au joueur d’avoir créé une académie « à but social et éducatif » au Cameroun en partenariat avec Montpellier. L’accord avec un club rival cristallise les tensions entre les deux parties. Mais alors, pourquoi ce choix du MHSC ?
« Le motif est fallacieux et abusif »

Image associée
« Mais parce que cela remonte à plusieurs années en arrière, soutient Bedimo dans l’Equipe. Je suis devenu parrain de cette académie en 2007 et j’ai commencé à négocier un partenariat avec Montpellier en 2012, quand j’étais joueur là-bas. Je n’ai signé à l’OM qu’à l’été 2016. On me reproche donc de mener un projet dans mon pays natal pour aider les jeunes camerounais à avoir une vie meilleure à travers l’école et le sport ? Le motif et fallacieux et abusif. »

Résultat de recherche d'images pour "Rien ne vas plus entre l’OM et Bedimo"
L’OM se dit « très serein »
« Je suis persuadé que le club a cherché par tous les moyens à résilier mon contrat sans que cela ne lui coûte rien », soupire Bedimo. Il ne digère pas les méthodes. « Les mots ne sont pas assez forts, ils me considèrent comme un vulgaire tricheur », ajoute l’international camerounais. Contacté par l’Equipe, l’OM se dit « très serein » et assure que l’arrêt de leur collaboration est « totalement justifié ».

Yvan Ango

- Publicité -