- Publicité -

Proche de la future vice-présidente des Etats-Unis, Raoul Keddy a œuvré pour la victoire de la team Biden à la dernière élection américaine.

Si le talent et l’intelligence des camerounais ne sont plus à démontrer tant on les retrouve dans les plus hautes sphères des institutions internationales, se rendre compte qu’un natif du 237 est partie intégrante de belles prouesses mondiales, étonne toujours. Raoul Keddy est justement l’une de ces belles surprises camerounaises qui a grandement participé à la dernière présidentielle américaine. Le natif de Douala a joué un rôle d’acteur principal dans la carrière politique et la victoire de Kamala Harris, la future vice-présidente des Etats-Unis.
Si dans ces activités de lobbyistes, businnesman il collabore avec les politiciens américains des deux bords (républicains et démocrates), l’homme de 34 ans avoue être «plus connectés aux politiciens démocrates». Lui qui a d’ailleurs contribué à l’élection de plusieurs. Sa proximité avec les démocrates débute en 2015. Cette année, il intègre le comité de fundraising (collecte de fonds) pour la campagne du Maire de Houston; action qu’il va rééditer en 2019 pour la campagne du maire de la même ville de Houston, ville du Texas dans laquelle s’est établi l’ancien militaire américain aujourd’hui propriétaire du Cabinet Raked Intl LLC . Mais avant, en 2016, Raoul Keddy met son expertise au profit de Hillary Clinton candidate malheureuse de la présidentielle de 2016 au profit de Donald Trump. Quatre ans après, il sera aux côtés d’une autre démocrate dont il est d’ailleurs très proche: Kamala Harris. Lors des primaires qui vont déterminer le candidat des démocrates pour cette élection 2020, Kamala Harris se fait damer le pion par Joe Biden. Mais au moment de choisir une colistière, ce dernier jette son dévolu sur Kamala Harris. Et c’est à ce moment que Raoul Keddy va désormais travailler pour la campagne Biden- Harris 2020.

«Notre victoire»
Le rôle de l’expert en relations gouvernementales et en affaires publiques se situait au niveau de la collecte d’argent (le fundraising). Car, comme il le dit lui même, «Pour être élu il faut de l’argent car il faut avoir une équipe, il faut payer pour les publicités, les affiches etc…il faut beaucoup d’argent donc il faut bien une collecte de fonds.». Une tâche pas toujours facile, car il faut «appeler les gens pour les convaincre de contribuer financièrement pour que le candidat soit élu, il faut leur explique les idéologies du candidat et la raison pour laquelle il doit être élu, organiser des événements de collecte de fonds pour la campagne.» Comme si ça ne suffisait pas, Raoul Keddy a durant cette campagne fait du « phone bank ». il s’agit de passer «les coups de fils aux populations pour leur demander de voter pour notre candidat et leur expliquer pourquoi il a la meilleure vision que d’autres candidats» expliques l’ex étudiant de l’Université de Douala. Des actions qui ont porté des fruits. Car comme on le sait tous, Joe Biden a remporté la dernière élection américaine, faisant de Kamala Harris, vice présidente des Etats-Unis. Comme pour monter son appartenance à cette victoire Biden-Harris, Raoul Keddy utilise la première personne du pluriel pour en parler «Notre victoire».

L’histoire de Raoul Keddy est à l’image de celle ces nombreux camerounais qui arrivent dans les pays étrangers et tirent leur épingle du jeu. Arrivé aux Etats-Unis il y’a douze ans, il est aujourd’hui l’un des experts Africains les plus recherchés au pays de l’Oncle Sam. Raoul Keddy établi des missions commerciales en Afrique, États-Unis, Qatar, Dubaï, Chine et Europe pour le compte des Gouvernements Africains et des Municipalités Américaines.il fournit également son expertise dans les affaires publiques, le développement des affaires et les relations gouvernementales. Fondateur de l’Afro Week, il rend hommage à la culture africaine à travers les affaires, le divertissement, l’art et l’expérience globale du mode de vie africain. Pour lui la communauté camerounaise des USA regorge de talents. C’est peut être sa motivation à être le directeur commercial d’un de ces talents camerounais: le joueur de la NBA, Luc Mbah A Moute.
S’il vient déjà régulièrement au Cameroun, il compte rentrer définitivement. Pour mettre son expertise au service des politiques camerounaises? That’s the question !!

- Publicité -