- Publicité -

On peut dire que le registre du néologisme camerounais s’est bien enrichi en cette année 2021, avec une multitude de mots et d’expressions aussi étranges que bizarres. Suite à une récupération populaire tout azimut sur les réseaux sociaux, certains mots ont même fait l’objet de concepts et chansons avec un succès plus ou moins relatif.

1- Le surlèvement
Ce mot nous vient de l’extrait d’un reportage télé où, interviewée, une femme avait déclaré avec beaucoup d’émotions parlant du chef de l’État camerounais « c’est notre papa, c’est notre frère c’est notre mari on doit lui surléver jusqu’au ciel ».

2- ma jumbum depuis longtemps, le diable ne fais que… et la gloire glorieuse
Extrait d’une vidéo de celui qui se fait appeler maitre ntouba traduction littérale de « ma jumbum » je mange l’argent depuis longtemps. La phrase a été récupérée par l’artiste Esthétique Mouana qui en a fait une chanson. Lui qui était à son deuxième titre de ce genre, le précédent étant intitulé « le diable ne fais que. … » inspiré de l’extrait d’une vidéo où une maman interviewée lors d’une séance de délivrance dans une église disait « le prophète Kamdem avait prophétisé mais le diable ne fais que…. ». On a aussi l’expression « la gloire glorieuse » dont on ne sait l’origine exacte mais très reprise par beaucoup de camerounais.

3- On s’en va comme ça là-bas
Voici également une expression qui a inspiré l’artiste ivoirien black k et reprise des millions de fois dans des publications accompagnées d’une image illustrative du comédien nigérian Stanley Okoro malheureusement décédé cette année 2021.

4- Même.….est étonné
Cette expression qui nous vient de la côte d’ivoire n’a pas échappé aux camerounais avec pour principale idée de parler des faits qui rament à contre courant de la logique.

Somme toute, 2021 n’aura pas été pauvre dans le lexique du néologisme camerounais mais espérons que ces expressions utilisées juste pour le fun sur les réseaux sociaux ne viennent pas appauvrir le vocabulaire et le niveau de langue des internautes.

Etienne Eboudap

- Publicité -