Ce 07 novembre est journée internationale de l’écrivain africain. Pour la commémorer, la rédaction Laura Dave Média fait un focus sur la nouvelle génération d’écrivains camerounais et leurs thématiques.

Aujourd’hui, nous sommes bien loin de l’époque de Mongo Béti, Ferdinand Oyono ou Delphine Tsanga. Ces dernières années ont vu l’émergence d’une nouvelle génération d’écrivains sur la scène littéraire camerounaise qui bâtissent sur les fondements posés par les aînés. Nous en présentons quelques-uns.
« Regardez comment nous sommes perdus aujourd’hui. Regardez, nous ne connaissons pas nos histoires. Regardez comment nous sommes perdus. Regardez, sachez que l’espoir du Mpodol vit dans notre sang. Le savez-vous? » martèle Blick Bassy dans son hommage à Ruben Um Nyobe, appelé « Mpodol ». Parti du chant pour l’écriture, Blick Bassy est plutôt conservateur. Il prône l’urgence du retour aux sources dans ses œuvres, la même posture artistique qu’il prend dans sa musique. Pour lui, la réappropriation de l’identité africaine est essentielle.


Max Lobe, jeune auteur camerounais se fait porte parole du pays. Dans son roman « Générations », il entre en contact avec une dame qui le confronte avec le passé douloureux de ses ancêtres. Dans « Loin de Douala », il découvre le Nord du pays, il s’imprègne des souffrances des populations. En tout, il se met dans la posture d’un médiateur entre deux mondes, à savoir le monde où il vit aujourd’hui, la Suisse, la France, et celui d’où il vient, le Cameroun.


Léonora Miano appartient à la nouvelle génération d’écrivains camerounais qui revendiquent l’universalité de leurs écrits. Elle s’inscrit dans la mouvance de la « Weltliteratur » et s’applique à traiter des sujets à caractère universel qui touchent notamment à la lutte contre les discriminations, le racisme antinoir. Elle remporte plusieurs distinctions dans le domaine de la littérature dont le Prix Goncourt des lycéens 2006 avec « Contours du jour qui vient », Prix Fémina 2013 avec La Saison de l’ombre.

La nouvelle génération d’écrivains camerounais fait son bout de chemin avec pour visée, de maintenir la littérature camerounaise au devant de la scène.

Laura Mbock, Stagiaire.

- Publicité -