- Publicité -

LDM: bonjour Élise, vous êtes entrepreneur, fondatrice de SO NATURAL-SO ME (SNSM)bloggeuse sur la page « Les bidouilles d’une nappy » et propriétaire du salon de coiffure Afro « My Place ». De prime à bord, nous voulons savoir comment définissez vous le cheveu crépu?

E.N: bonjour et merci à l’équipe Laura Dave média pour cet intérêt. Selon moi, je dirais que le cheveu crépu est une couronne ethnique qui naturellement démontre que la femme noire ou métisse est une reine et est Belle.

Résultat de recherche d'images pour "SO NATURAL-SO ME"

LDM: à chaque fois que l’on décide d’être « nappy« , le regard des autres à forcément un impact négatif et est d’ailleurs très influent car il l’assimile à de la saleté, de la négligence etc. Contrairement aux cheveux défrisés qui sont facilement entretenables, soyeux et lisses. Que pensez-vous de cela ?

E.N: je dirais que nous avons cette idée parce que nous suivons la tendance et avions grandi avec l’image selon laquelle la femme occidentale aux cheveux longs et lisses, c’est elle la réelle beauté… Ô que NON ! Du tout !
Ce que je sais est que ce avec quoi Dieu nous a créé est d’abord beau, c’est notre culture qui fait notre originalité et qui nous rend Africain.

LDM: vous revalorisez le cheveu crépu sous toutes ses formes et faites de cela une véritable identité patrimoniale culturelle, quelles ont été vos réelles motivations ?

E.N: nous sommes partis de plusieurs constats. Comme vous l’aviez si bien dit, le cheveu naturel est qualifié de sale, négligé, ingérable dans la société africaine. Également d’un manque criard de produits adaptés et accessibles aux cheveux crépus et d’un déficit de conseils venant des professionnels de la beauté ; face à tous ces constats, nous avons mis sur pied SO NATURAL-SO ME qui se veut être la solution à toutes ses barrières actuelles érigées autour du retour au naturel. C’est une entreprise créée pour promouvoir et valoriser le patrimoine culturel de l’Afrique.

LDM: vous avez parlé d’entreprise, quels sont les différents services que vous mettez à la disposition de votre clientèle ?

E.N: ok… SO NATURAL-SO ME, c’est: 
 le conseil capillaire
 le coaching capillaire (mères-filles)
 mise à disposition d’une gamme de produits riches et variés pour l’entretien de la chevelure naturelle.

 

Résultat de recherche d'images pour "SO NATURAL-SO ME"
LDM: vous avez mis sur pied une récente campagne photo nommée « Iam Beautiful » à quoi renvoie cette sensibilisation ?

E.N: pour la campagne, tout tourne toujours autour du même idéal qui est la valorisation du cheveu naturel. Comme je l’ai dit plus haut, la femme africaine n’est pas fière de sa capitale beauté et de tout ce qui fait sa différence ( sa texture de cheveux, la couleur de sa peau, etc.) elle n’est pas toujours très fière parce que la société à un impact considérable sur elle. J’avais à cœur lorsque j’ai créé SNSM d’aider les femmes qui sont dans cette situation de trouver des espaces où elles pourraient être prises en charge aussi de partager mon expérience avec d’autres personnes.

LDM: comment vous êtes, vous organisez pour atteindre le maximum de personnes pour cette campagne ? Et quelles ont été vos réelles difficultés ?

E.N: pour atteindre le maximum de personnes, nous avons la chance d’avoir une bonne visibilité sur les réseaux sociaux avec plus de 80 000 personnes qui nous suivent (Facebook, Instagram,Twitter,Snap), à côté de cela, j’ai de très bon rapport avec la communauté nappy des autres pays d’où l’information est facilement relayée.
La principale difficulté est liée à la perception du cheveu naturel en Afrique (secte, lesbianisme, folie, etc.), tout ce qui tourne autour du cheveu naturel n’intéresse pas les annonceurs(formations, ateliers, événements…) pas d’accompagnement financier de leur part ; tous les événements que j’ai eu à mettre sur pied sont faits sur fond propre. Heureusement pour nous, il y a les réseaux sociaux qui nous permettent de communiquer sans toutefois à avoir à dépenser un radis. (rires)

Résultat de recherche d'images pour "SO NATURAL-SO ME"
LDM: quelle est l’astuce la plus basique pour prendre soin de ses cheveux naturels ?

E.N: Vu qu’à la base nous avons des cheveux secs, je dirais que l’astuce la plus simple est de faire constamment une hydratation c’est-à-dire vaporiser ses cheveux avec de l’eau et un humectant comme la glycérine végétale par exemple (on en trouve partout) afin de les nourrir, puis scellez cette hydratation par l’application d’une crème végétale ou un beurre naturel (cacao, mange, karité) au choix.

LDM: un dernier mot…

E.N: à mes chers lecteurs, je dirais que le retour au naturel ce n’est pas une mode, le retour au naturel, c’est une prise de conscience de la femme africaine, c’est une affirmation de soi et de sa beauté, afin que demain, on ne dise pas qu’il était une fois  » La femme africaine » quand nous seront toutes demain des Indiennes, brésiliennes, péruviennes et autres!!! 
Je vous remercie…

Propos recueilli par Ordy Bitschong.

- Publicité -