- Publicité -

Il demeure éternel à travers ses œuvres, car un artiste ne meurt jamais. C’était le cas de ce musicien de génie pétri de talents. Il fait partie de ces acteurs, de ces musiciens qui ont marqué pour l’éternité l’histoire de la musique camerounaise.

Son registre de prédilection était le Makossa – Soukouss, une fusion de deux rythmes qui faisaient de son art, sa particularité. C’était un artiste et un créateur réputé pour sa maitrise exceptionnelle de la guitare basse, son instrument de toujours. Kotto Bass a travaillé avec des artistes tels que Henri Njoh sur le projet « Âge d’or » dont il a fait les chœurs avec une certaine Germaine Ebelle. Il a également bossé en tant que guitariste sur le projet « Fleur des Antilles » de Marco Mbella. C’est un immense succès sur lequel ont pris part Misse Ngoh, Beko Sadey, Tom Yom’s, Ekambi Brillant, Émile Nkangue, Junior Nelson, Joe Mboule, Germaine Ebelle, Rosy Bush, Pierre Didy Tchakounte, Dina Bell et Henri Njoh.

- Publicite -sygercam.org

Kotto Bass s’est bel et bien lancé dans une carrière solo avec des albums à l’appui. Le monde entier retiendra des titres atemporels tels que « Génération »; « Édith »; « Bamenda »; « J’aime tout le monde »; « Concours de patience » ou encore « Ok Mado ». Le 20 novembre 1996, il a tiré sa révérence et laisse jusqu’à présent un immense héritage musical. Ça fait 20 années qu’il existe via ses œuvres et sa musique est jouée comme s’il y est toujours.

TNK.

- Publicité -