PEOPLE : Une femme porte plainte à Mike Tyson pour viol en 1990.
PEOPLE : Une femme porte plainte à Mike Tyson pour viol en 1990.

L’ancien boxeur américain est accusé d’agression sexuelle sur une dame.

Dans un témoignage daté du 23 décembre 2022, la plaignante explique avoir rencontré le lourd dans :
 »une discothèque populaire d’Albany au début des années 1990 où Mike Tyson avait ses habitudes; puis après l’avoir suivi dans sa limousine sous prétexte qu’il allait l’amener à une fête, il a commencé à l’embrasser, ignorer ses appels d’arrêter, a retiré son pantalon et l’a violemment violé », renseigne Times Union of Albany , un célèbre journal américain.

De plus , dans une déclaration sous serment signée de sa main, la femme qui a tenu à rester anonyme dit avoir toutes ces années :
« éprouvé des sentiments de culpabilité, de perte de respect de soi, de honte, d’embarras, de tristesse, de colère, de dépression, d’anxiété, de tendances violentes, de toxicomanie, d’alcoolisme et de confusion ».
Elle affirme aussi avoir :
« été incapable de maintenir et/ou de développer des relations saines avec des hommes ou qui que ce soit en général et d’expérimenter des souffrances émotionnelles extrêmes, y compris, mais sans s’y limiter, des cauchemars, des attaques de panique et des flashbacks ».

Elle réclame comme dommages et intérêts la somme de cinq millions de dollars soit plus de trois milliards de FCFA.

Cette plainte est la résultante d’une Loi de l’État de New-York  »l’Adult Survivors Act », entrée en vigueur fin novembre 2022 et ouverte pendant un an en vertu de laquelle les victimes présumées d’agression sexuelle peuvent poursuivre rétroactivement les auteurs afin de réclamer un procès au civil, sans craindre de délai de prescription.

En attendant la décision judiciaire de cette agression présumée, rappelons que le boxeur de 56 ans avait déjà été reconnu coupable de violence sexuelle en 1992 sur le mannequin Désirée Washington qui l’accusait d’avoir abusée d’elle dans une chambre d’hôtel.

Il avait été condamné à six ans de prison. Incarcéré à Plainfield dans l’État de l’Indiana, durant sa détention, il avait recouvré la liberté, en 1995, pour bonne conduite.

Ève -Pérec N.BEHALAL.

- Publicité -