Le chanteur Camerounais d'Afro-folk-Pop et des rythmes traditionnels africains a été pris à partie la soirée du dimanche 27 novembre dernier.
PEOPLE : Pris au piège, Stéphane Akam se fait agresser.

Le chanteur Camerounais d’Afro-folk-Pop et des rythmes traditionnels africains a été pris à partie la soirée du dimanche 27 novembre dernier.

En effet, l’auteur de l’album  »Gae Yen » sorti en 2018 s’est fait piéger par une troupe de 6 jeunes à la nouvelle route BP cité dans le 3eme arrondissement de la ville de Douala aux environs de 20h, alors qu’il sortait de son studio d’enregistrement où il réglait certains détails liés à la sortie de son deuxième album.

En attente du véhicule alloué pour le transporter, il sera accosté par des individus non indentifiés qui se font passer pour des fans de l’artiste.  »…Je ne sentais pas l’envie d’être sur mes gardes parce que pour ceux qui ont l’habitude de traîner avec moi, ils savent que je suis super ouvert. Pendant nos échanges avec l’un d’entre eux, je vois d’autres se rapprocher de moi. Cet attroupement par rapport à l’heure qu’il faisait m’a fait bizarre et à ce moment, je vois le couteau sortir. Le temps de réaliser, ils m’ont dépouillé : téléphone, portefeuille, chargeur, écouteurs… » a-t-il confié à notre rédaction.

Pour l’heure , Stéphane Akam se dit être traumatisé par cette première scène horrible qu’il a vécue. Un épisode assez complexe de sa vie qui ne le fera pas dit-il être réticent vis-à-vis de ses fans.

Il promet de poursuivre la promotion de son titre  »Chanceline » annonçant la sortie très prochaine de son deuxième album composé de 12 titres avec des collaborations autour des sujets liés à l’amour et au partage.

Serge Bonny

- Publicité -