« Est puni d’un emprisonnement de six (06) mois à cinq (05) ans et d’une amande de vingt mille (20.000) à deux cent mille (200.000) francs, toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe  », stipule le Code Pénal Camerounais dans son article 347-1 promulgué par la loi numéro 2016/007 du 12 juillet 2016.

Une nouvelle affaire de lesbianisme alimente la toile depuis la fin de la semaine, indexant de nombreuses actrices camerounaises parmi lesquelles Aimée Vigile Makougoum alias « Tata Mimie » dont la voix est précisément reconnaissable dans les audios actuellement en circulation sur la toile.

Dans ces vocaux , la productrice de « Woman and Material » entretient un échange téléphonique avec une dame résidente à l’étranger dont l’identité n’est pas clairement déclinée. Les deux femmes sont accusées d’avoir une relation amoureuse.

Connue pour être une personne aux bonnes mœurs au regard des différents thèmes abordés dans ses œuvres ou même encore de ses sorties sur les réseaux sociaux, Aimée Vigile Makougoum dans une publication sur sa page Facebook hier dimanche 25 septembre a décidé de raconter l’histoire :

« … On entre en contact en 2020 je crois quand tu me contactes via Messenger pour me souhaiter un joyeux anniversaire.
Ce jour là tu me fais un mandat de 50 euros pour m’acheter un cadeau. Et de fil en aiguille on a commencé à échanger sans arrière pensée.
Plus tard tu m’ouvres ton cœur en me disant ce que tu ressens pour moi.
Tout de suite je te fais comprendre que ce n’est pas mon couloir, à chacun son truc.
Mais tu me dis que tu ne désespères pas et que tu réussiras à me faire changer de bord. Mais les choses ne sont jamais arrivées là où tu aurais voulu.
On devient encore plus proches comme une grande sœur et sa cadette ( la preuve tu n’as jamais pu m’appeler autrement que Tata Aimée, ce que j’appréciais beaucoup chez toi.) »

Elle poursuit :

« Les choses commencent à se dégrader quand tu comprends enfin que tu as échoué à me convertir. Tu commences alors à me parler de tes conquêtes et en bonne grande sœur je te prête toujours une oreille attentive.
Mais j’apprécie de moins en moins que tu m’envoies des nudes, des captures, des voices de toutes les cinéastes avec qui tu entretiens des relations.
J’ai même fait un poste sur mon profil à l’époque pour mettre les filles en garde, mais comme toujours personne n’a écouté.
Je sors complètement de mes Gons quand tu m’envoies une énième photos d’une très grande dame du cinéma que j’apprécie beaucoup, ça tu le sais, mais je me permettrai pas de la citer ici car elle ne le mérite pas.
À partir de là , le fossé se creuse et la distance s’installe jusqu’à ce jour..  »
, a fait savoir la cinéaste.

Ce n’est pas la première fois que les actrices et mêmes les acteurs du 237 sont accusés de « Bilinguisme » comme on le dit dans le jargon camerounais.
Mais ce qu’il faut retenir c’est que le cameroun demeure l’un des nombreux pays africains qui criminalisent l’homosexualité.

Eve-pérec N.BEHALAL.

- Publicité -