- Publicité -

C’est en tout cas le constat fait par de nombreux fans.

Si on dit « une fois n’est pas coutume », deux fois c’est une réputation, pense Louis Marie Boucher. Cette pensée se confirme avec certaines jeunes artistes femmes du Cameroun.

En effet, on peut clairement remarquer que, les jeunes chanteuses camerounaises une fois mariées perdent leur verbe face à la musique.
C’était déjà le cas avec la chanteuse d’Afropop Daphné qui, depuis son mariage en 2020, n’a plus eu de véritable communion avec son large public alors qu’elle avait glané plus d’une dizaine de prix en seulement trois ans grâce à ses chansons devenues presque toutes des hits. On peut citer parmi celles-ci : Calée, Promets moi, Rastafaria, Jusqu’à la gare, Doucement, Ne lâche pas etc.

En 2022, le constat va se répéter avec la chanteuse Nabila.
Depuis son union en février dernier avec Nicolas PAEZ, l’auteure de CAVA ALLER réclamée par son public avoue sa carence en inspiration:

« Affaire de musique c’est comme ci l’amour à fini mon inspiration « , a t’elle écrit récemment.

De plus, lors d’un entretien accordé aux équipes de Laura Dave Production à son domicile en octobre dernier dans le cadre de LE BRIEF en prélude aux canal D’or, nabila, ancienne nommée et lauréate nous avait fait savoir en off que son tendre mari est plutôt très protecteur et n’accepte pas qu’elle se frotte un peu trop.


C’est d’ailleurs la raison pour laquelle c’est lui-même qui a joué le rôle principal dans son dernier vidéoclip « Dis Moi » sorti en 2021.

Contrairement à ces deux chanteuses susvisées, le mariage n’a pas eu d’impact sur certaines de leurs consœurs à savoir Sanzy Viany, Sandrine Nnanga ou même encore sur la doyenne Grâce Decca pour ne citer que ces trois dames .

Eve-Pérec N. BEHALAL.

- Publicité -