- Publicité -

Comptant parmi les pays africains qui ont le plus vendu la culture africaine dans le monde, le Cameroun est un véritable vivrier de talents dans tous les domaines de la culture. De la musique, au cinéma en passant par la peinture et bien d’autres, le pays de Manu Dibango, de Daniel kamwa et bien d’autres icônes de la culture ne cesse de révéler des talents au fil des ans.

Manu DIBANGO
Daniel KAMWA

Mais il faut être honnête et avouer que depuis quelques décennies ce renouvellement de talents est en baisse de croissance tant sur le plan quantitatif que qualitatif. De nombreuses raisons sont donc pointées du doigts.

Le financement de la culture étant quasi inexistant, beaucoup n’hésitent pas à employer des moyens peut orthodoxes pour en avoir, quitte à avoir une orientation sexuelle qui ne cadre pas avec les mœurs. Bien qu’inavoué car pas légal aux yeux de la loi camerounaise, L’homosexualité serait un créneau par lequel certains acteurs se feraient financer soit en pratiquant eux même, soit par des rôles comme pour de nombreux Web comédiens. D’ailleurs à ce sujet Web humoriste Monsieur chantal déclarait il y a quelques mois « les producteurs veulent seulement l’anus ».

Aussi, cela passe par des scènes y dédiées dans le but d’influencer et corrompre subtilement le public. Invité sur un plateau de télévision il y a quelques jours, le cinéaste Ebenezer Kepombia (mitoumba) déclarait:
« J’ai refusé le financement d’une grande plate-forme dans Madame…Monsieur . On m’a proposé des millions et en contrepartie ils m’ont proposé d’introduire un couple gay dans la série. J’ai tout de suite REFUSÉ !!!
C’est bien d’avoir l’argent mais il ne faut pas avoir l’argent à tous les prix . On a nos valeurs , notre identité à préserver. « 

La prostitution étant le fait d’entretenir des rapports sexuelles dans le but d’obtenir des faveurs, bien matériels, ou de l’argent, est bien présente dans le milieu culturel camerounais. De nombreux acteurs culturels hommes et femmes s’y livrent pour obtenir des sponsors, mécènes et autres, des financements pour leur projets. Pas besoin d’être dans les secrets des Dieux pour le savoir car cela fini très souvent par éclater au grand jour sur les réseaux sociaux au cours des clashs.

Les clashs et scandales qui justement sont devenus le terrain sur lequel excellent malheureusement de nombreux acteurs de la culture camerounaise dont la capacité de créativité ne fait plus courir le public.

Bien qu’on puisse compter quelques rares acteurs culturels qui restent acharnés au travail en dépit de tout cela, il est fort de constater que la culture camerounaise se meurt à petit feu et il faut réagir.

Dex willy, artiste et promoteur culturel à d’ailleurs fait une sortie sur les artistes musiciens en panne de succès《Aucun artiste star n’a fait un hit depuis le début d’année au Cameroun. Même les plus grosses stars :locko,daphné,Nabila, blanche Bailley,mr Léo,aveiro ,mr Shyne , Salatiel , Kameni, ténor, lady pionce , ko c .Que ce passe t’il ? Pendant ce temps au Nigeria de nouveaux artistes petent les scores … 》.

Chacun devrait donc résolument se mettre au travail afin de redorer le blason de ce qu’on a de plus cher, notre culture

ÉTIENNE EBOUDAP

- Publicité -