- Publicité -

L’Afrique était au rendez-vous le 14 mars 2021 lors de la 63 ème édition de la cérémonie des Grammy Awards : un évènement grandiose marqué par les victoires et sacres des artistes nigérians Burna Boy, Wizkid, Tiwa Savage, Made Kuti et Femi Kuti. Où est donc passé le Cameroun ?

La suprématie du Nigeria face au Cameroun sur la scène internationale.

- Publicite -sygercam.org

Le Nigeria est « omniprésent » sur la scène internationale et la musique nigériane ne connait pas uniquement la réussite au sein du continent africain mais également en Occident. En effet, les artistes nigérians et les autres des pays africains anglo-saxons se distinguent en remportant des trophées lors des MTV Europe Music Awards ou encore les BET Music Awards. Le 14 mars 2021, les Grammy Awards viennent s’ajouter à la liste et cette cérémonie a été marquée par la victoire du nigérian Burna Boy qui est rentré avec le Grammy du meilleur album de « Global Music » pour son opus « Twice As Tall ». Son compatriote Wizkid gagne le prix du meilleur vidéoclip aux Grammy avec la chanson « Brown Skin Girl » de Beyoncé Knowles Carter et sa fille Blue Ivy. Tiwa Savage, Made Kuti et Femi Kuti remportent chacun un Grammy pour leur collaboration sur l’album « Everyday Life » de Coldplay qui est l’album de l’année. Face à cette suprématie du Nigeria, pourquoi le Cameroun n’y arrive pas ? En 2014, Stanley Enow a remporté le MTV African Music Awards devant Burna Boy et Phyno mais la situation actuelle n’est pas favorable pour la musique 237 devant la solide armada « naija ». À l’heure actuelle, quels sont les potentiels artistes résidant au Cameroun, qui peuvent remporter un prix lors des prochains Grammy Awards ?

Grammy Awards : que valent les artistes 237 à l’heure actuelle ?

Le secteur musical et culturel au Cameroun fait face à ses propres réalités mais les particularités réussissent néanmoins à se démarquer. La nouvelle génération d’artistes urbains a le vent en poupe car grâce à certains, le « potentiel » du vert, rouge et jaune s’exporte davantage. Les jalons d’une réelle industrie se posent difficilement mais la volonté apparente de certains acteurs de ce secteur est à saluer même si le chemin doit encore être parcouru.

Des individualités se démarquent, ils résident au pays et font honneur au drapeau camerounais, notamment l’artiste musicien Locko. Il a pris part au projet mondial la bande originale « Sounds of Zamunda » du célèbre film « Un prince à New York 2 » avec le titre « Magnet ». Aux côtés de la lockomotive, il y’a Salatiel qui a livré récemment l’album « Africa Represented », un opus riche en rythmes et sonorités africaines. Sa musique représente valablement l’Afrique et va probablement tutoyer les sommets de BET Music et des Grammy Awards.

Stanley & Jovi.

On n’oublie point Stanley Enow puisque son art, son style et sa musique apportent une image supplémentaire au « label Cameroun » à l’étranger. En plus, sa participation au MTV African Music Awards à Kampala (Ouganda) cette année fait de lui un valeur à part entière de la musique africaine. Quant à Jovi, il fait partie des vitrines de la musique Rap au sein du continent noir et l’originalité de son art musical est un atout bénéfique.

La gente féminine : les cas Charlotte Dipanda et Daphne.

Les artistes féminines Charlotte Dipanda et Daphne sont deux femmes qui représentent la musique 237 en Afrique. En effet, Charlotte a dévoilé cette année son nouvel album « CD » et sa musique reflète sa vision et la direction musicale qu’elle souhaite. De plus, elle s’affirme comme un symbole de réussite pour le Cameroun dans ce secteur. Quant à Daphne, elle est très attendue musicalement parlant. Sa dernière sortie musicale date de longtemps d’où le public est impatient de découvrir la suite de la saga musicale de Miss Calée. Cependant, nous pouvons aussi évoquer des forces en présence à l’instar de Mimie, Kameni, Blanche Bailly ou encore Magasco.

                                                                                         TNK

- Publicité -