Tenor écrira certainement l’histoire au Palais polyvalent des sports à Yaoundé le 18 août prochain. Il en rêve et cette perspective défile probablement comme un cliché dans sa tête. Mr le Fiang le Wey le Yamo souhaite marquer à tout jamais l’histoire de la musique camerounaise. Ce concert ne relève pas d’un défi mais c’est une occasion pour lui de valoriser, de mettre en avant et d’élever la musique et la culture camerounaise. Dans la même lancée, il affirme : « je tiens juste à dire que le 18 août 2018 ce n’est pas seulement le concert de Tenor, mais notre, votre concert ». Il a reçu le soutien inconditionnel de plusieurs artistes qui l’accompagnent et prennent part à cet événement grandiose.

Des jeunes artistes qui feront la première partie du show tels que : Tresor Wanishi, Yung Meagan, Petit Malo, Miraldor et bien d’autres. Les vétérans et les artistes de l’heure vont également prendre part à ce rendez-vous. Il s’agit de Krotal, Boudor, Sadrak, Sir Nostra, Koppo, Killamel, Ivee, Jaco, Lydol, Taty Eyong, Xzafrane et One Love. La musique n’est pas l’unique menu puisque la danse s’invite à ce show. Plusieurs groupes de danse participent aussi tels que : BIR, Bibiaine ou encore Samouraï. Le simple fait de participer est déjà une forme de soutien mais d’autres artistes se sont manifestés ouvertement.

   

Nous pouvons notamment citer : Locko, Maahlox, Kiff No Beat (Côte d’ivoire), Adah Akenji, DJ Zoumanto, Franko, Venum, Ko-C, Joel P, Georges Breezy ou encore Spido. Le dimanche 29 juillet 2018, de retour de France, Tenor aborde la dernière ligne droite qui le conduira le mois prochain au Paposy (Palais polyvalent des sports de Yaoundé).

Le « Nnom Ngui » (le roi) est sur son trône musicale. L’une de ses marques de royauté c’est sans aucun doute la collaboration avec Kiff No Beat dans le clip « Appeler ». Le vidéogramme réalisé par Bouba Atkins, est disponible depuis le 27 juillet dernier. Il s’agit d’un aperçu de la dimension et de l’objectif qu’il souhaite atteindre.

Il enchante en lâchant la phrase clé : « Le Rap c’est pas l’ordinateur, arrête de nous copier et coller ». Le message va donc à l’endroit des hypocrites qui masquent leur pensée de profiteur. La couleur de l’ambiance est validée par le groupe ivoirien Kiff No Beat qui, en plus de son nombre, apporte à cette musique une touche de frénésie. Un univers si particulier qu’est l’Afro-Trap.

TNK

- Publicité -