- Publicité -

Le concert de Niska à la maison du parti de Bonanjo (Douala) a certainement marquer les esprits. L’artiste franco congolais de la Trap était au Cameroun depuis le 20 février, il a donné une conférence de presse vingt quatre heure après et le 23 février 2018 c’est l’apothéose avec son concert au sein de ce quartier résidentiel et administratif de la métropole économique.
Revenons sur quelques moments de son show et de son passage au pays de Manu Dibango. Il a été l’attention de tous les médias au moment où il a foulé le sol camerounais. Il a eu droit au privilège d’être l’invité exceptionnel du journal officiel d’une chaîne de télé de la place. Le jour du concert, aux environs de 17 heures, le public se dirige vers la maison du parti de Bonanjo. DJ Cyrius Black joue au animateur, il caresse ses platines pour donner un avant goût de ce qui va se passer par la suite. Les artistes du label Big Dreams sont présents.

  

Le rappeur Ko-C n’a pas manqué de jouer au « Bollo » avec les spectateurs. L’un des moments de folie, c’est lorsque l’animateur Brice Albin qui se met à rapper à la grande surprise du public. Locko, l’une des super stars de la musique urbaine camerounaise, a entretenu les fans avec quelques répertoires de son album « The Bridge ». Il a presté avec le groupe One 237 sur le titre « Donne ma part sur ça ». L’artiste Niska à fait le show, il a levé la foule, les cris surgissent de toute part. Accompagné de son « backeur » sur scène, il se livre au jeu de la Trap et le public répète après lui les paroles de ses refrains.

L’autre surprise de la soirée, c’est la présence de Maahlox Le Vibeur qui ne manque de « Tuer pour tuer ». C’est la liesse et l’effervescence chez le public venu nombreux. Niska a exécuté les titres tels que « Salé », « Tubalife » et « Réseaux ». Les chansons de son nouvel album « Commando » ont été entonnés et interprétés. Il a aussi profité pour explorer quelques titres de son précédent album.

     

Nous n’oublions pas de mentionner qu’il a presté avec le maillot (team 237) de Samuel Eto’o et il a tenu le drapeau camerounais en main. Un moment de joie, de partage et de communion qui sera certainement gravé dans la mémoire des uns et des autres.

TNK

- Publicité -