- Publicité -

Edea,ville lumière…
Modeste ville ou le moindre événement attire toujours et toujours du grand monde. Le jeune Geoffrey William Masso est ici pour ses études au Cetic d’Edea, mais avec ses copains il se met à la musique pour évacuer sa timidité, mais rien ne fait, il reste le grand timide. En vacances à Douala, il ne manque pas aux soirées orchestrées par ses amis des Black Styls, n’étant pas convaincu par son chant face à des dinosaures de la trempe de Desto Nkotti Francois, il se met à carreaux.


Après le secondaire, il poursuit ses études à Paris. Après son cursus scolaire, il entreprend une vie professionnelle dans une entreprise de la place. Bon père de famille et légalement marié, une carrière de musicien est désormais loin derrière lui. Mais il entretient tout de même des relations chaleureuses avec son vieux pote des virées des Black Styls,Toto Guillaume.
De temps en temps, autour d’un bon repas chez lui, il fait des choses terribles à la chanson, ce qui interpelle son pote Toguy qui lui demande de matérialiser ces œuvres, mais Mme Masso ne veut pas entendre parler de son mari dans la musique et alors, Geo est partagé.
Ils finissent finalement par s’accorder, mais il va falloir désormais trouver l’astuce pour se retrouver au studio. Désormais ses vendredis de sortie seront consacré au studio en cachette. Son cousin Bell’a Njoh est à Paris pour un enregistrement, c’est l’excuse idéale auprès de madame.

Avec Toguy et Jean Claude Naimro aux arrangements et à la production pour les Éditions TN, le chantier d’un maxi 45 tours est énorme. Personne ne veut se louper. Contre toute attente naît le tube « À Muto »,il le ramène à la maison et calcule quand madame est à la cuisine pour le mettre dans son phono, elle perçoit la voix de son mari immédiatement tombe sous le charme, elle sera désormais sa première fan, premier succès.


Au pays, le public découvre un album aux sonorités funky du genre « Kool and the Gang », très en vue a l’époque, c’est un tabac! Mais Géo reste insensible à tout ce raffut, il se concentre sur son boulot et sa famille, il veut restituer à ses enfants cette éducation chère qu’il aurait reçu de ses parents.
Son entourage n’en démord pas, il lui est demandé de remettre ça et alors il se remet à l’écriture et concocte un album cette fois sous la bannière de Tjr Prod d’ Aladji Toure.

En 1989, le Cameroun est à ses pieds avec « Lolita », à travers les deux vidéogrammes proposé, on découvre un papy charmeur à la barbe grise, au style vestimentaire très chic, et surtout un pas de danse d’une classe et d’une élégance hors du commun.
Il enchaîne les tubes désormais « Bolo bwa su » est arrangé par Martin Socko, ex partenaire et arrangeur du groupe Esa, qui a une excellente culture Funky/Makossa.
Il revient plus tard avec « Nen Lambo » avec Nkono Teles et Aladji Toure,on y découvre le tube « Sonia » et plus tard encore « Shalama ».
Il participe à divers projets artistiques au pays et scènes diverses. Contraint par l’état de santé dégradant de son père, il décide de rentrer s’installer au pays s’occuper de ce dernier.
Il s’installe à Bonaberi son village. Géo William est quelqu’un de très discret, car toujours timide, mais un personnage agréable à vivre de par sa simplicité déconcertante et surtout sa bienséance.


Il s’est éteint ce 30 Octobre de suites de maladies, l’Artiste s’en est allé laissant à la postérité des œuvres de classe comme fut son auteur.
Va en Paix L’Artiste!
Le #BoulangerDealer Kaisa Pakito

- Publicité -