- Publicité -

« Rien de grand ne se fait sans culture »
« La culture c’est tout ce qui nous reste quand on a tout perdu »
« Une erreur médicale peut tuer des personnes, et une erreur culturelle peut tuer des générations »
Ce sont là de nombreuses pensées qui nous rappellent l’importance primordiale de la culture dans la vie d’un peuple et d’un pays. C’est dans ce sillage que l’association MOOV DREAM a mis sur pieds en 2011 le DOUALA HIP HOP FESTIVAL devenu aujourd’hui DOUALA MUSIQUE ART FESTIVAL en abrégé DOMAF qui, au fil du temps s’est constitué en un véritable rendez-vous de partage culturel entre Camerounais – Camerounais, Camerounais – Africains et Camerounais – Européens.

Après le black out covid19 observé l’année dernière, le DOMAF placé sous le thème  » LE PATRIMOINE C’EST NOUS-NOUS » est de retour pour la Dixième édition cette année 2021 et s’annonce riche en couleurs et en innovations.

- Publicite -CAN Total sur Laura Dave média

En prélude à cette édition anniversaire parrainée par le mastodonte du Bikutsi Ange EBOGO EMERANT et qui se tiendra du 25 novembre au 28 novembre 2021 à l’esplanade du Carrefour Market de Bonamoussadi, une conférence de presse a été donnée le mardi 09 novembre dernier au quartier Bonapriso. C’était dans le but de présenter aux Hommes de médias ce qui attend le public durant les quatre jours du festival.
Au cours de cette rencontre avec la presse, le panel a rappelé l’historique du festival, donné les raisons du changement de nom et présenté les différents pôles que les visiteurs retrouveront sur le site du festival.

Parlant du l’historique et des raisons du changement du nom, Herbert SIGHA membre de Moov Dream explique :

« Au lancement en 2011, on a eu en guest star Jovi à l’époque je m’en rappelle et cela a bien marché plus ou moins. Et au fil des années on a évolué et on a eu sur la scène du Douala hip hop festival tous les acteurs de la culture. À partir d’un moment, on s’est dit qu’il faut qu’on se développe aux autres cibles parce-que le hip-hop en lui-même ne nous appartient complètement pas, celui qu’on fait au Cameroun est greffé à la culture locale Camerounaise. Il y a des artistes qui greffent le makossa, le Bikutsi au Hip hop et ça devient une grosse culture urbaine qu’on ne peut plus se permettre d’appeler hip hop car certains artistes qui ne se reconnaissent pas dans le mot hip hop. De plus, le festival est devenu sur le temps pluridisciplinaire. Nous ne nous sommes pas arrêtés à la scène musicale, nous avons développé d’autres disciplines parmi lesquelles les art visuels, le fashion mode, la danse ».

 PRÉSENTATION DES DIFFÉRENTS PÔLES

Pour le pôle ARTS VISUELS piloté par KEULION , le public aura droit à :

« Cette année, nous avons invité trois artistes et professionnels des arts visuels. On a Tany MBOK, Romuald DIKOUME et yvan NGASSAM. Ensemble, ils feront une œuvre appelée L’ARBRE A PARTAGES inspirée de l’arbre à palabres qui sera un espace de partage et d’échanges. Tout l’espace du festival sera une œuvre ».

Concernant le pôle DANSE ,plusieurs danses seront au rendez-vous :

« Cette année nous aurons beaucoup de compagnies de danses patrimoniales. Il y aura Al’ADA née il y a deux ans, la compagnie NIACKLAND , MASSACK et KUNDE, Chez nous à MOOV DREAM il faut faire découvrir les Talents et aussi former c’est pour cela que notre plateau est composé de jeunes et des anciens. Il y aura également des compagnies de hip hop ».

Le pôle MODE pour sa part dirigé par le mannequin Fredy MANYONGO honorera au rendez-vous cette année encore :

 » Je tiens à rappeler que depuis cinq ans qu’on a réellement implanté la mode dans le festival, elle a eu une nette évolution. Le département de la mode travaille depuis le début de l’année. Nous aurons du 27 au 28 des ateliers et un talk qui sera centré sur le Kaba. On aura également un défilé ».

Quant au pôle Musique chapeauté par Jules NYA, il vous réserve sur la scène une pléthore d’artistes à l’instar de : Sandrine NNANGA, Happy D’efoulan, Reniss, Aveiro Djess, Cysoul, Akiba, Blick BASSY et de bien d’autres. Ceci avec pour résidence de production musicale le rappeur JOVI.

Le DOMAF ne se contentera pas seulement de ces pôles pour écrire cette édition anniversaire. En plus de tout ceci, un concours national de rap baptisé DOMAF TREMPLIN HIP-HOP lancé sur le digital depuis quelques semaines primera trois vainqueurs.

Le rendez-vous est donc pris pour les 25, 26, 27 et 28 novembre 2021 à l’esplanade du Carrefour Market de Bonamoussadi pour écrire ensemble cette 10e édition du DOMAF dans le respect des mesures barrières anti covid19.
Entrée : 1000fcfa (kolo) + masque offert.

Ève-Pérec N.BEHALAL.

- Publicité -