- Publicité -

Le Rap camerounais a une histoire et un vécu et il ne date pas d’aujourd’hui. Nous nous intéressons cette fois-ci au rappeur Banjo Style qui a sorti le premier titre Rap « Made in Cameroon » dans les années 1990 et plus précisément en 1994 (d’autres diront plutôt en 1996). Nous parlerons du message véhiculé par ce son et surtout des débuts de Benjo ce précurseur du Hip-hop camerounais appelé aujourd’hui musiques urbaines.

Le titre « Yor » est très évocateur et c’est une expression qui existe depuis longtemps. Nous savons que ce terme signifie le fait qu’un jeune homme s’habille à la mode, de façon branchée et élégante avec une attitude de « bad boy » et un look classe qui attire l’attention. Le message parle d’un yor qui fait des avances à une jeune demoiselle. Cette dernière lui fait savoir qu’elle ne sort pas avec ce genre de garçon. Le jeune homme se montre persuasif et séduit la demoiselle par son comportement et sa façon d’être. Il veut tout simplement montrer qu’être un yor n’est pas synonyme de voyou ou de gangster, c’est également celui qui agit comme un responsable et souhaite accomplir des actes remarquables. Cette chanson est considérée comme une performance fondatrice puisqu’il s’agit d’un Rap camerounais marqué une forte influence du Rap français. C’est la raison pour laquelle les rappeurs de cette époque écoutaient surtout la musique hip-hop de France et des États-Unis.

Revenons-en à Benjo Style, l’histoire remonte aux années 1980 et plus précisément 1983. Ils étaient accompagnés de quelques amis à savoir Claude, Jj Mineli et son frère Franky P (qui n’a rien à voir avec Franky P Davodka l’artiste R&B). Chacun était dans leur groupe respectif et ils rappaient bien que c’est la Break Dance qui était la tendance. Ils écoutaient des rappeurs tels que : Kurtis Blow, Grand Master Flash et Rappers Delight. Il concilie les études et sa passion au fil du temps. En 1992, Benjo gagne le premier prix de la musique d’accompagnement et le premier prix de la chanson pour la protection de l’environnement en 1994. La même année, il sort la chanson « Indomptable Rap » pour encourager les Lions indomptables qui s’apprêtent à disputer la coupe du monde aux États-Unis.

Il ne s’arrête pas en si bon chemin car Il produit en 1999 la première compile de Rap « Made in Cameroon » intitulée « Du fond des égouts ». C’est dans son premier opus « Benjo’Styl » que va sortir « Yor ». Il fait partie des pères fondateurs qui ont posé les premières bases de ce mouvement urbain. Seuls les frères d’armes de cette époque connaissent son apport au sein de cette musique et culture urbaine. La nouvelle génération devrait connaître l’histoire de ces précurseurs puisqu’un proverbe dit « les oeuvres d’aujourd’hui s’inspirent de celles du passé ».

TNK

- Publicité -