Si le Hip-hop camerounais a son identité renforcé aujourd’hui, c’est grâce à l’un de ses précurseurs, Negrissim et notamment Sadrak. Actifs sur la scène depuis 1995, ils font partie des monuments et des premiers à introduire les sonorités et les rythmes de balafon dans la musique Hip-hop. Pour eux, les musiques urbaines devaient être originales en ceci qu’elles associent à la fois les instruments modernes et les rythmes traditionnelles voire bantous. Ce groupe a fait du chemin et ce n’est pas une surprise s’ils font partie des meilleurs artistes et rappeurs africains. Comme tout autre artiste, ils ont cartonné en 2000 avec leur premier opus « Appelle ta grand-mère ».

      

C’est un véritable groupe pionnier composé de Sadrak, Sundjah et Evindi. Lorsqu’ils arrivent au Sénégal, il rencontrent le français DJ Max avec qui ils sortent en 2009 l’album « La Vallée des rois », une pure fusion des sons urbains et d’Afrique centrale. Nous y trouvons quelques extraits tels que « Toute une vie », « Yohiyo », « Je respire encore », « Famiyooo », « Le blues du pygmée » ou encore « My people ». Des pures saveurs en mode « Le Hip-hop de la brousse ». En 2012, ils reviennent avec l’opus « Bantoo plan Vol. 1 ». Un chef d’oeuvre vraiment riche avec quelques titres comme « La lutte », « A bongué », « Masque », « Plan A- Guerriers bantus », « Chercheur d’or », « Hip-hop développé » ou encore « Je rêve de faire un gosse à une extraterrestre ». Une chose est certaine, le trio sera réuni, Sundjah et Evindi vont se joindre à Sadrak pour faire un live à la façon de la brousse.

TNK

- Publicité -