- Publicité -

Cette grande fête musicale et culturelle s’est clôturée le 16 décembre dernier du côté du parc des princes de Bali au sein de la métropole économique Douala. L’événement était riche de couleurs, d’expériences et d’échanges entre les artistes, les musiciens, les acteurs du web et de la culture. Cette plateforme a réuni davantage plusieurs personnes venues d’horizons divers. Malgré l’ouverture timide du DHF (Douala Hip-hop Festival) le 13 décembre 2017, la musique était quand même au rendez-vous. 

Des artistes underground ont ainsi l’aubaine de s’exprimer musicalement sur la scène. Notamment les finalistes du Hip-hop Talent Search Chris Yankey, Valère Innag et bien d’autres. Les soucis et les problèmes techniques n’ont pas épargné cet événement, mais le spectacle a dominé. La positivité se profile, le rappeur Le Bir Tout Terrain réussit à lever la foule et suscite l’attention. Le hip-hop est mis en avant, car le groupe de danse Next Generation joue sa carte une fusion de danse urbaine et patrimoniale.

 Les têtes d’affiche honorent de leur présence. C’est le cas de Mic Monsta, sans oublier Mink’s l’auteur du « Gars là est laid ». Alpha Better Records est de la partie. Salatiel et Mr Leo se demandent « qu’est-ce qui n’a pas marché ? » L’une des tueries de ce label. Daphné vêtue en rouge, monte sur le podium et fait un bout de « Toi et moi » avec Salatiel. Place au troisième jour, des ténors et des artistes prometteurs répondent présent. C’est le cas de Metuschelah qui n’a manqué de chanter « Il y a même quoi là-bas ?« . Et d’Alex du Kamer, le rappeur blanc qui a chanté en mode « Kongossa« . La musique live est grandement jouée avec le groupe HHD (hip-hop développé) composé de Danielle Eog, Teety Tezano et Adango Salicia. Krotal et son groupe Ndabott Family se sont produit magistralement en live sur cette grande scène. Killa Mel vêtu en peignoir blanc était de la partie au Douala Hip-hop Festival, à cause de son accoutrement.

 Magasco et le groupe Hélium Protect ont répondu musicalement à l’invitation du DHF. La dernière journée était marquée par le défilé de mode urbaine baptisé « Street wear market« . Les jeunes créateurs mettent en avant leurs créations. Le top model Freddy Manyongo a coordonné ce défilé en apportant son expérience. L’autre fait marquant, c’est la prestation du parrain de l’événement Ben Decca ; celle de la chanteuse Nabila ; le show des rappeurs KO-C ; Bad Nova et Elje Contador qui lève le public. Le musicien Armand Biyag et le MC Sadrak jouent aussi leur partition. La guest star Daphné présente, surfe en mode « Ndolo » avec Ben Decca. Le rap engagé prend le pouvoir avec Hobskur et Gary Stone. Après, Tenor prend le relais dans un esprit de « Do le dab » et de « Bad things« . La légende du DHF Lady B clôture ce grand show et chante son fétiche « , c’est la faute à pa’a Biya ?« . Cette 7e édition est marquée aussi par la prestation des artistes étrangers tels que Jean Cardi ou encore Aigle de la révolte.

TNK.

- Publicité -