- Publicité -

Premier gros frisson international de la saison, ce combat entre les vainqueurs des dernières compétitions européennes promet. Parce qu’il s’agit de deux dream-teams coachés par des entraîneurs dont la gagne et le talent ne sont plus à prouver. Et parce que le Real a une petite revanche à prendre.Même en dépit des périodes différentes de leur transfert respectif, ce fait demeure un fait : Romelu Lukaku a coûté moins d’argent (85 millions) que Cristiano Ronaldo (91 millions). Et CR7 en est bien content. Car au-delà de la somme, cette différence de prix reste un symbole de la supériorité du Portugais sur l’ancien d’Everton. Lequel a enfin réussi à égaler le Lusitanien la saison dernière au niveau du nombre de buts inscrits en championnat (25 chacun). Sauf que le Belge a disputé huit rencontres et 700 minutes de plus. Alors, l’attaquant de Premier League peut-il prouver, sur un match, qu’il vaut autant que Cri-Cri en se montrant plus décisif ? Pas dit. Non pas parce que Lukaku n’a aucune chance de marquer, mais plutôt parce que son concurrent reste sur dix pions lors de ses cinq dernières parties européennes. Et aussi parce que l’ailier commence à en avoir sérieusement assez des records de transferts qui tombent chaque année. Paul Pogba plus cher que lui ? Sérieusement ?
Tout le monde ne l’a pas noté, mais Manchester United s’est offert le scalp du Real Madrid cet été. C’était début juillet, lors de l’International Champions Cup organisée en Californie. Jesse Lingard avait ouvert le score avant de voir Casemiro égaliser, puis observer les Espagnols foirer quatre penaltys sur cinq. Dans une compétition amicale, certes. Reste que cela peut faire cogiter les têtes.

https://youtu.be/9xTfW_JQI_E

MU a en effet « gagné » en déployant un jeu ennuyeux au possible, comme il a su le faire en finale d’Europa League il n’y a pas si longtemps, et au bout des tirs au but, qui pourraient d’ailleurs très bien avoir lieu durant cette Supercoupe d’Europe. Sergio Ramos et Ronaldo n’étaient pas là, c’est vrai.

 

Cela n’empêcherait pas José Mourinho d’envoyer un 5-4-1 bien musclé juste pour arriver à ses fins (son équipe a varié entre trois et quatre défenseurs pendant la préparation), à savoir le gain du titre. N’importe qui le sait : le Special One vendrait sa belle gueule et ses costards pour ramener un trophée. Et tant pis si le public du Philip II Arena de Skopje (Macédoine) souhaite voir du spectacle.

 

Yvan Ango.

- Publicité -