- Publicité -

Révélée au grand public grâce à son cover du titre « Sawa Romance » du chanteur camerounais Locko, Nabila, l’une de voix douce de la chanson Camerounaise dont la majeure partie des titres tirent leurs inspirations de l’amour est notre invitée d’Entretien Avec
Autour d’un tête à tête après son mariage célébré en février 2022, la révélation musicale au canal 2’or Act 12 a abordé les raisons de son absence sur la scène musicale et surtout son projet avenir, en signe de retour dans l’univers de la musique qu’elle a laissé il y’a deux ans.

Laura Dave Média : Bonjour Nabila et Bienvenue chez Laura Dave Média.
Nabila : Bonjour, merci de me recevoir.

Laura Dave Média : Dites-nous Nabila vous êtes née un 8 juillet du côté de Bamenda au Nord-ouest Cameroun, comment se présentait ton enfance. Choyée ou difficile ? Et quel était votre rêve.
Nabila : Honnêtement mon enfance…
je n’ai pas eu d’enfance difficile, on avait le minimum , le nécessaire.
Toute petite, j’écoutais la musique comme tout le monde et en cette période on était principalement influencé par Maria Carrey. Je me voyais plus comme chanteuse dans son style mais sans toutefois savoir comment ceci allait se faire… C’était un rêve d’enfance. Et, au-delà de celui ci je pensais à une carrière de secrétaire de direction des trucs dans ce sens là.

Laura Dave Média : La Musique était-elle dans votre ADN ou c’est l’effet  »Starmania » qui vous a poussé à vous lancer dans ce monde ?
Nabila : Non, à la base je partais en studio voir un ami qui me draguait et comme le studio était proche de la maison, ça ne me causait aucun souci. C’est ainsi qu’un jour, ils m’ont proposé d’entrer en studio parce que je chantais beaucoup… Voilà comment tout est partie, je n’avais pas calculé. Nous sommes là en 2014.

J’ai été très influencée par Annie Anzouer. Quand j’avais 9 ans, on avait une prestation à faire et pendant les répétitions, elle est venue, elle m’a salué et ça m’a marqué jusqu’à ce jour .

Laura Dave Média : Vous vous êtes faites connaître à la suite du cover Sawa Romance de Locko. Au moment où vous préparer cette version, est-que Nabilla avait prémédité une carrière aussi fleurissante ?

Nabila : Non, quand j’ai fait ce cover, je passais par des moments très difficiles. J’avais des difficultés personnelles et la chanson « Sawa Romance » de Locko m’a énormément aidé à surmonter cette période. En l’écoutant à plusieurs reprises je me suis dite pourquoi ne pas en faire un cover, ça me permettra de me lâcher, de m’exprimer.
Il y’a des personnes comme Brice Albin, Cyrille Bojiko qui ont contribué à rendre ma musique virale.

Laura Dave Média : En 2017 vous vous affirmez en tant que chanteuse avec le single  »ça ira » qui à ce jour cumule 2.521.590 vues sur Youtube, un single qui fait de vous la révélation musicale de l’édition 12 des canal 2’or. Quel était votre ressenti quand Rigobert Song a dit The winner IS Nabila ?



Nabila : Je garde toujours un très grand souvenir de ce moment. C’était incroyable pour moi et j’ai quand même eu mon ton premier trophée des mains de notre actuel selectionneur et ex capitaine de l’équipe nationale de football du Cameroun.

Je voulais snapper, j’avais la pression et en ce moment l’émotion a pris le déçu malgré le fait qu’une diva ne pleure mais c’était très fort pour moi. Faire la musique être nominée avec les autres, je me demandais bien si j’allais m’en sortir.

Laura Dave Média : Nabila c’est depuis 2019, des singles et un Ep intitulé  »Mon Univers » composé de 12 titres exactement dans lequel tu décides de parler d’amour, est-ce à dire que l’Amour est décidément la thématique phare de la carrière de Nabilla ? Selon toi le monde est-il en manque d’amour ?


Nabila : L’amour m’inspire beaucoup.
Tout le monde a besoin d’amour et chacun à sa manière de l’exprimer.
Le monde est vraiment en manque d’amour, les gens ont peur d’avoir mal, d’être rejetés, d’être trompés. Quand on te brise le cœur ça fait mal.

Laura Dave Média : Avez-vous été victime de tromperie ?
Nabila :
Bien-sûr que oui j’ai déjà été trompée, c’est même à la suite d’une tromperie qu’est né la chanson « Tromper » featuring Tzy Panchak.
J’ai été trompée plusieurs fois par mon ex et c’est l’état d’âme dans lequel je me trouvais qui m’a poussé à faire cette chanson. S’il fallait porter plainte pour tromperie j’allais le faire. On a abusé de ma naïveté et moi quand j’aime je m’accroche.

Et quand je ne t’aime plus, c’est dire qu’il y’a quelqu’un d’autre. Mais quand on Grandi, le plus important c’est de s’aimer soi-même.
Heureusement maintenant çava, je suis mariée, je suis stable.


Laura Dave Média : De vos années de carrière, on constate que vous avez quand même fait pas mal de featuring avec des artistes tels que Locko, Mink’s, Ténor, Tzy Panchak, Blacky Cara. Qu’est ce que ces collaborations ont apporté à votre carrière ?
Nabila : De l’évolution, je pense qu’ils m’ont beaucoup aidé à surtout sortir de ma zone de confort. Ces collaborations m’ont apporté beaucoup de maturité, elles ont même créé une certaine amitié avec ces artistes là que je considère comme des grands frères.

Laura Dave Média : Beaucoup de featuring avec les hommes, pourquoi celà ? les femmes ne sont pas musicalement compatibles à Nabila ?
Nabila :
Honnêtement je ne sais pas…
Mais je pense que le blocage est au niveau des thèmes que veux aborder.
Il y’a des artistes qui m’ont approché mais c’était compliqué en ce moment parce que j’étais dans un label et, le label en question avait ses recommandations.

Laura Dave Média : Au delà des textes bien enrichi, ce qui fait la particularité de Nabilla c’est sa voix. Comment est-ce que tu l’entretien ?
Nabila : Ma mode de vie n’a pas changé, je ne fais rien de particulier. Juste des vocalises et je bois surtout beaucoup d’eau.

Laura Dave Média : Selon vous, pourquoi il existe une différence flagrantes entre les performances au studio et celles en live de la plupart des chanteurs de la nouvelle génération ?
Nabila :
Au studio il y’a plus de musique et un matériel de qualité. Mais parfois c’est un problème de sono qui n’est pas bon, les artistes n’ont pas de problème mais le live demande beaucoup de travail, d’énergie, la gestion de la scène et autres.
Il faut être indulgent et tolérant face aux artistes.

Laura Dave Média : Que pensez-vous de cette déclaration de Atome « J’abuserai pas si je disais que la musique Camerounaise est très pauvre en thématiques. »
Nabila : Je pense que oui, je lui donne raison et ça se justifie parce qu’on a peur d’oser et les chansons qui marchent plus sont celles à Buzz.
C’est un problème de risque de peur d’être critiqué, du regard du public et des fans…

Laura Dave Média : Nous sommes à quelques jours de la célébration de la fête de la musique, Comment se porte la musique Camerounaise selon toi?
Nabila : Très très mal.
Je pense que c’est une vague, ça passera.
La musique n’a plus assez d’engouement comme il y’a trois ans aujourd’hui. Dieu Merci il y’a d’autres qui maintiennent le Cap, qui se démarquent.

Laura Dave Média : En tant que chanteuse quelles sont les difficultés que tu as rencontré dans la musique ?
Nabila :
Je n’ai pas eu l’impression qu’on m’appréciais à ma juste valeur, qu’on appréciait mon travail et, le plus difficile pour moi c’est avoir ma place dans un environnement comme le nôtre. Voyez-vous j’ai eu mon canal d’or mais beaucoup ont pensé que je ne le méritais pas.

Laura Dave Média : Nabila ce n’est pas que de la musique, on a découvert ton jeu d’acteur dans  »Broken » produit par Bleu Entertainment de Syndy Emade. Qu’est-ce qui t’a motivé à rejoindre le cinéma et surtout travailler avec Syndy Emade ?


Nabilla :
Honnêtement je n’ai pas choisi.
J’étais tranquillement assise à kribi et Syndy Emade m’a contacté pour me soumettre le projet et demander si je pouvais jouer le jeu. J’ai tout de suite été d’accord et curieusement je n’avais pas demandé de cachet, malgré le fait qu’elle ait insisté. Pour moi c’était déjà beaucoup participer dans le film…
(Rire), maintenant je regrette un peu le film est sur Netflix et il y’a beaucoup d’argent. Mais c’était une belle expérience, Syndy est une actrice et Productrice incroyable et booste vraiment le cinéma Camerounais. J’ai vraiment été marquée par sa tenue au Canal 2’or et à partir de ce moment j’avais un oeil sur elle.

Laura Dave Média : Toi qui a fait juste un film pour le moment tu penses que le cinéma peut vraiment nourrir un homme ?
Nabila : Tout comme certains vivent de la musique, d’autres peuvent aussi vivre du cinéma. Ça dépend des contrats de tout un chacun why not.

Laura Dave Média : Quel est ton top 3 des cinéastes camerounaises ?
Nabila :
Elles sont toutes talentueuses et je ne saurais vraiment faire un choix.

Laura Dave Média : En tant que femme de petite taille as-tu déjà subi des frustrations par rapport à celà ? Comment tu t’y prend ?
Nabila : Je ne considère pas comme une femme de petite taille déjà. Des fois j’arrive dans des milieux, on me dit qu’on me croyait plutôt grande. Aussi, l’avantage que j’ai est que ma taille correspond à mon visage donc s’il y’a un contrat sur les wishky et les yaourts, on va donner à Nabila celui des yaourts.
Des difficultés pas vraiment plus des remarques entre temps je m’accepte telle que je suis.

R

Laura Dave Média : Nabila aujourd’hui est mariée et mère d’enfants, qu’est ce qui change dans ton quotidien de chanteuse ?
Nabila :
Tout change chez moi.
J’ai heureusement la chance d’avoir à mes côtes un mari qui me soutient. Avant j’avais un enfant qui vivait avec ma mère et aujourd’hui il faut gérer 2 plus mari, ça fait trois enfants à ma charge plus moi même.
Dans les spectacles par exemple, je ne peux plus me livrer sur scène ou inviter un fan à venir danser avec moi n’importe comment parce qu’il y’aura quelqu’un qui viendra t’appuyer sur scène et mon mari à l’oeil déçu. je lui dois du respect.

Laura Dave Média : Quels sont tes projets ?
Nabila : J’ai vraiment mis long sans sortir de projet et ce temps de pause m’a permit de travailler. Je suis en pleine préparation d’un projet musical qui mettra en relief ma pause, la phase de transition de ma vie. Je vais sortir de ma zone de confort ce qui est sûr. Il y’aura des collaborations, j’ai déjà un artiste sur la main.

Laura Dave Média : Un mot de fin
Nabila : Merci à Laura Dave Média pour l’invitation, c’est la preuve qu’on ne m’a pas oublié.
Merci aux fans pour le soutient, a très bientôt.

Propos recueillis par Serge Bonny

- Publicité -