- Publicité -

Passionné de style depuis des années et aujourd’hui Co-fondateur et Directeur Créative de la marque de vêtements Fourfront1602 & Co. Clothing basée aux États Unis d’Amérique. Eman Awuro est sur le fauteuil de l’invité d »Entretien avec…  » Sur Laura Dave Media. Il dresse ses débuts prémédités dans la mode, son parcours bourré d’épines mais et surtout ses projets qu’il implémentera sur le sol de son pays le Cameroun après 20 ans passés à l’extérieur.

 Laura Dave Media : Bonjour Monsieur Eman Awuro, Qu’est-ce que ça vous fait d’être au Cameroun le pays des lions indomptables?

- Publicite -CAN Total sur Laura Dave média

Eman Awuro: Bonjour, c’est un très grand honneur parce que je suis un lion Indomptable d’abord, je suis très fière d’être là.

LDM: Vous êtes styliste, créateur de marques, dites-nous Comment vous vous êtes retrouvés dans la mode ?

Eman Awuro : La Mode m’a trouvé en fait! En grandissant j’ai toujours cru en moi que j’avais un appel bien que, je voulais être footballeur c’était ma passion mais, mes parents ne voulaient pas que je suive cette carrière, j’ai eu des têtes à têtes avec eux, j’étais un peu rebelle pour ce que je voulais, et c’est ainsi que mes parents m’envoyent aux États Unis en 2000 pour étudier l’informatique et la communication à Washington. Les deux premières années étaient complexes, parce que je ne voyais pas un futur avec cette histoire.

LDM: Comment en ce moment étant déjà aux États-Unis vous avez réussi à convaincre vos parents qui au départ n’étaient pas d’accord ?

 Eman Awuro : cela a vraiment pris du temps pour qu’ils puissent comprendre. Comme vous le savez, quand tu as de grands rêves, on ne croit pas en toi jusqu’à ce que tu les réalises. Parce qu’après les deux premières années, je ne voyais d’avenir dans la matière que j’apprenais et il me fallait faire quelque chose que j’aime et sera heureux de faire pour le reste de ma vie. Et c’est par là qu’en tant que jeune habitant sur Washington D.C plein d’ambitions, j’ai commencé à réaliser des vêtements personnalisés pour mes sorties. Je recevais beaucoup de compliments pour mes looks et, les photographes filmaient mon style et publièrent sur les réseaux sociaux. Cela à commencer à attirer beaucoup d’attention et c’est là que je fais donc la rencontre des artistes qui avaient le vent en poupe à cette époque; je crois nous sommes en 2002 et mon style l’ai a marqué. Un de ces artistes a aimé la jacket que je portais un soir et il m’a demandé.. « Quelle marque tu portes ? » et je lui ai répondu que « c’était la mienne « … Il était étonné et il m’a demandé combien ça coûtait ? J’ai dis 600 dollars, il a acheté sur place et pourtant ça me revenait à 50 dollars en réalité… C’est en ce moment que mon appel a été révélé.

LDM: Aujourd’hui Eman Awuro porte très haut son talent au point d’être derrière une marque qui est vendue sur plus de 300 boutiques aux États-Unis et en Amérique du Sud, raconte-nous l’histoire autour de cette marque ?

Eman Awuro : J’ai fait la rencontre des personnes qui m’ont beaucoup encouragées notamment mon partenaire Joseph Mbeh, qui a beaucoup apprécié mon style et ma passion créative. Et voilà comment il a sollicité qu’ensemble nous puissions créer. On a commencé ainsi à créer des vêtements derrière la scène pour presque mille marques pendant quatorze ans; qui nous a permis de gagner le titre  »Les Stylistes Phantoms » de NEW YORK city. Parce qu’on a été derrière le succès de plusieurs grandes marques comme DKNY, FILA, ROCAWEAR, SEAN JOHN, NBA, FIFA et plusieurs d’autres. J’ai toujours cru que dans la vie, « il arrive un point ou tu arrêtes de suivre tes rêves; et laisse tes rêves te suivre. » Fourfont1602 est née juste après cette expérience. C’est une marque qui célèbre les leaders; parce que c’est une réflexion de notre personnalité, caractère et mentalité. Pour nous, un leader c’est celui qui n’a pas de limite et qui peut puiser dans son potentiel donné par Dieu et aller hors des normes pour accomplir ce que d’autres voient impossible, qui peut tenir la main des autres et les dirigés vers leurs grandeur, raison pour laquelle on a pris a peu près 4 ans pour réaliser « GILEKO », notre pièce exclusive.

LDM : Majid Michel ! Comment avez-vous réussi a un si grand accomplissement avec Fourfront1602 Clothing ?

Eman Awuro : Oui, c’était un très grand accomplissement comme nous étions les premiers à signer l’un des meilleurs acteurs africains comme ambassadeur. Il fallait un représentant pour la marque qui est une réflexion de notre vision. Et c’est là où nous avons décidés de retourner à nos origines africaines, de choisir une personne africaine, nous étions fan de son talent de son art, on a décidé de lui offrir cette opportunité. Ce n’était pas si facile comme il est venu à notre bureau à Manhattan qui est le « Fashions district » et ça ne semblait réel que deux jeunes africains soient  dans une telle habitation a New-York. Bref, ils n’ont pas accepté l’offre, un an après des recherches sur notre travail, ils nous recontactent pour l’offre et le reste.

 LDM : Vous en tant qu’Afro vous avez réussi à conquérir l’international, à habiller les stars de l’autre côté quand on sait la montée en puissance du racisme surtout aux États-Unis ? Eman Awuro : Le secret c’est la foi, la crainte de DIEU et comme nous savons… Notre couleur de peau a toujours été un problème. Mais, je pense qu’il faut beaucoup de discipline et de résilience pour arriver à ce niveau et surtout être optimiste, positif et connaître que nous avons été créé pour un objectif spécial par DIEU.

LDM: Quel regard Eman Awuro porte sur la mode en Afrique et particulièrement dans son pays le Cameroun ?

Eman Awuro : La mode africaine est riche, elle est grande et ajouté à cela, il y’a beaucoup de la créativité et les gens ne savent pas que des marques comme Burberry tirent leurs inspirations de l’Afrique, du kenté. Revenons au Cameroun il Ya de bons créateurs, mais sur le cercle international Ils ne représentent rien du tout. il faut qu’on sache impacter, notre potentiel ne doit pas rester uniquement sur Facebook, dans nos familles ou Instagram.. On a cette capacité et le talent mais le problème est qu’on ne maitrise pas le marché. Il faut donc créer, costumer et vendre le « MADE IN CAMEROON » afin d’avoir notre identité comme le Ghana, le Nigeria et les autres qui ont de l’avance sur nous au internationaux.

LDM : Votre arrivée au Cameroun n’est pas anodine, vous avez un projet qui vous tient a cœur, celui de valoriser le label MADE IN CAMEROUN ? Est-ce qu’on peut avoir plus d’informations à propos ?

Eman Awuro : J’étais là pour d’autres projets et mon partenaire a attiré mon attention sur la mode au Cameroun, comme on a assez investi nos talents dehors…il faut qu’on revienne donner à notre cher pays et pousser notre héritage au niveau qu’il mérite, c’est la raison pour le projet « MADE IN CAMEROON » by Cameroon Clothing Company, une maison de production de mode qu’on a lancé du cote de Buea. Ça va être un centre de production qui va faciliter  les créateurs à produire de la qualité et en grande quantité ; l’éducation nécessaire et les opportunités qu’ils faudraient pour accomplir la visibilité a l’extérieur. On va commencer premièrement par la valorisation de nos produits pour la production de toute sorte de vêtements ; en gardant le focale sur les tenues des différentes matières et nos différentes lignes de vêtements.

LDM : Dans ce sillage est-ce que vous êtes prêt à collaborer avec les stylistes locaux ?

Ema Awuro : Absolument, on a des projets pour faire monter la pente, pour défendre nos intérêts et surtout perfectionner ce secteur, on verra également comment travailler pour produire en grande quantité parce que c’est là le grand souci.

LDM : Merci d’avoir répondu à nos questions, avez-vous un mot pour la fin ?

Ema Awuro : Merci aussi à vous, mon dernier mot… N’arrêtez pas de croire en vous, mettez DIEU en avant et faites ce qui pourra impacter votre pays.

Propos recueillis par Serge BONNY.

- Publicité -