- Publicité -

L’artiste musicien Ko-C était l’invité de ENTRETIEN AVEC… pour le compte du web magazine Laura Dave Media. Au cours des échanges, l’auteur du titre « Caleçon » a évoqué les coulisses de la collaboration avec Coco Argentée, la place que le Rap occupe dans sa musique et la mobilisation des artistes camerounais à Yaoundé. Il est revenu sur les propos odieux de Jovi à son égard sur Twitter et il a aussi exprimé son ras-le-bol envers les multinationales qui ne valorisent pas les artistes camerounais.

Laura Dave Media : Bonjour Ko-C

Ko-C : Bonjour

1- Où as-tu puisé l’inspiration pour faire le titre « Caleçon » ?

C’est quelque chose de spirituel selon moi car je ne sais pas d’où cette inspiration provient. Je peux dire que c’est Dieu qui donne. Avant sa sortie, j’avais des sujets, je voulais en créer, c’est ceci que j’ai décidé d’en parler d’où l’inspiration et l’instrumental ont surgi dans mon esprit. Je devais normalement faire un featuring en fin d’année avec une artiste Bikutsi, une femme. J’ai voulu collaborer avec Mani Bella mais elle était en France. J’ai donc choisi celle qui est son amie, Coco Argentée, une artiste forte comme Mani et elle a fait un bon travail.

2- Comment a-t-elle réagi lorsque tu l’as contactée ?

Elle m’a dit « Petit frère, c’est comment, j’aime tes songs, j’aime ce que tu fais. Envoie moi cela, je vais écouter, moi et mon équipe (rires)« . Il s’agit des choses que disent habituellement les artistes. Le lendemain, elle revient et me dit « Petit frère, le song là est lourd hein. Je suis intéressée« . Elle m’a aussi soutenu lors du tournage du vidéoclip grâce à sa ponctualité.

3- As-tu écouté la musique de Racine Sagath avant de faire « Caleçon » ?

Oui exactement, je ne savais pas que son nom c’est Racine Sagath mais cette chanson est depuis dans mon esprit. Je devais créer une histoire et je ne sais pas comment s’est venu.

4- Est-ce que tu t’es rendu compte de l’impact du mot « Niocser » dans ta chanson ?

Pour moi, c’est une chanson. Je me focalise sur cela et j’essaye de véhiculer un message afin que le public s’y reconnaisse. Je ne connaissais pas ce mot. C’est un vieux comédien qui en avait utilisé. On lui demandé « Si tu es Président de la République, que feras tu« . Il a répondu « moi je vais niocser seulement« . La façon dont il a prononcé, a attiré mon attention. Je ne savais pas ce que cela signifiait. J’ai juste aimé le mot, il a un sens. Si j’aime cela, tout le monde va aimer également. C’est ainsi que j’ai utilisé ce mot pour transmettre une information via plusieurs moyens.

5- Prévois tu un album ? Si oui, à quel moment ?

En principe, je devais sortir un album cette année, mon premier mais le Corona est arrivé. Cela m’a découragé, ça ne sert à rien que je sorte un album et que les gens n’entrent pas en possession. Je souhaite que cette situation se calme. Je suis en train de travailler, d’ici juin 2021 cela va voir le jour. Dans cet album, il y’aura des collaborations et d’autres tubes.

6- Quelle place le Rap occupe aujourd’hui dans ta musique ?

Selon moi, le Rap c’est toujours ma base c’est à dire c’est ma force. Sauf que le public camerounais ne « consomme » plus le Rap. Moi je donne au public ce qu’il aime. Si aujourd’hui, il veut le Makossa, je vais lui donner le Makossa. Si l’année prochaine, il demande la Salsa, je vais lui en donner. Je fais en fonction de ce que le public aime. Je fais pas de la musique pour aller écouter chez moi, j’en fais pour le public. Tout ce qu’il aime, c’est ça que je lui donne.

7- Comment as tu réagi lorsque Jovi t’a traité de copie du rappeur Sarkodie ?

100% de Sarkodie, c’est la raison pour laquelle je fais de la musique car depuis que j’ai commencé à écouter ce qu’il fait, je me suis dis qu’il faut aussi essayer de faire ce que Sarkodie fait. Puis, j’arrive à faire ce qu’il fait déjà. Maintenant je viens pour créer une image de Ko-C. Ce n’est pas toujours ce jeune qui rappe comme Sarkodie, son petit frère. C’est ainsi que j’ai fait « I love you » avec Locko, un song sur lequel je chante et je rappe en même temps. J’ai fais la même chose avec « Bolo« , « Sango » ou encore « Ça cuit« . Je voulais juste créer cette image. Mais Jovi a essayé de dire quelque chose de bien mais sous la forme d’une insulte, que j’ai bu le sperme de Sarkodie. Moi j’ai vu cela comme une blague. Jovi c’est quelqu’un que je respecte beaucoup, même avant que je ne commence la musique. Si quelqu’un que tu prends comme un idole te parle ainsi, à un moment, je suis objectif, je représente quelque-chose, si tu me respecte pas, je ne te respecte pas.

8- Comment vois tu l’évolution de la musique urbaine 237 ?

Les choses sont en train de changer. Maintenant, les artistes peuvent vivre de ce qu’ils font sans faire autre chose à côté de la musique. Mais les entreprises ne font pas confiance aux artistes locaux et font toujours appel aux artistes étrangers pour leurs produits. Nous faisons de bonnes chansons. On fait beaucoup d’efforts mais à la fin d’année, les multinationales vont toujours inviter les artistes étrangers.

9- Qu’est ce que tu n’aimes pas dans le domaine de la musique ?

Je n’aime pas l’affaire des décideurs qui voient les artistes comme ceux qui ne savent rien sauf chanter. Si je décide d’être contre ces deux sociétés de téléphonie mobile, soit on part en justice, soit elles me tuent. Lorsque ces entreprises prennent notre argent et donnent aux étrangers, elles ne nous valorisent pas. Un jour, cela va changer, même par la force.

10- Comment s’est déroulée la mobilisation des artistes à Yaoundé suite au massacre des jeunes élèves à Kumba ?

Cela ne s’est pas passé comme je le pensais. Je croyais qu’on allait faire autre chose mais les gens qui ont fait afin que ce Mouvement soit actif, ils ont vraiment travaillé. Big up à Maahlox, Dynastie et les autres. Ils ont poussé afin que le gouvernement les accorde cette autorisation. Rien n’est minime lorsque le message est passé par rapport à ce qui se déroule actuellement.

Propos recueillis par TNK

Laissez votre commentaire

- Publicité -