- Publicité -

Nzambi Matee, jeune entrepreneure kényane âgée de 29 ans fait la fierté du continent africain en général et de son pays en particulier. Elle a mis au point une machine révolutionnaire qui transforme les déchets plastiques en briques de construction plus solides que du béton. C’est un projet qui lutte à la fois contre la pollution due aux déchets plastiques et le problème de logement au Kenya.

En effet, 500 tonnes de plastiques sont jetées chaque jour à Nairobi ( sa ville de résidence) et seulement une petite proportion est recyclée. Parce qu’il faut payer les entreprises de recyclage pour se débarrasser des déchets, plusieurs entreprises préfèrent les jeter, ce qui entraîne une grande pollution de l’environnement. Matee Nzambi, très sensible aux questions environnementales n’est pas restée indifférente face à cette situation désastreuse. Diplômée en sciences des matériaux et ancienne ingénieure dans l’industrie pétrolière kenyane, elle n’a pas hésité à quitter son emploi d’analyste de données afin de créer en 2017 un laboratoire dans le jardin de sa mère où elle réalisait ses expériences. Elle testait la fabrication des pavés obtenus à partir de la combinaison des plastiques et du sable. Son initiative a porté ses fruits car neuf mois plus tard, en 2018, elle a réussi sa première brique. Ayant déjà la bonne stratégie, elle entrepris en 2019 la création de la machine pour produire ses briques à grande échelle. C’est ainsi que Gjenge Makers a vu le jour( sa startup qui fabrique des pavés, des dalles de pavage et des couvercles de trous d’hommes.)

Le processus de fabrication des briques de Nzambi Matee se fait par étape. L’entreprise recycle les bouteilles et les contenants en plastiques. Ensuite vient le tri afin d’éliminer toute trace de gravât et de métal. Le plastique est alors envoyé à la cuisson et le mélange bouillant est déposé dans les moules de blocs de construction. De cette usine innovante sortent des briques plus durables que celles traditionnelles et sept fois plus résistantes puisqu’elles ont un point de fusion supérieur à 350°C , certifié par le Kenyan Bureau of Standards ( KEBS). Non seulement le produit fini est durable, mais aussi il est à petit prix. En effet, il est vendu à un peu plus de 6€ le m2, soit près de 4000 FCFA.

Le projet de Nzambi Matee a conquis plus d’un. D’ailleurs elle a été nommée le 15 décembre 2020 « Jeune Championne de la Terre » par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Il s’agit de la plus haute distinction environnementale de l’ONU, décernée à des leaders environnementaux chevronnés dont les actions ont un impact positif sur l’environnement. C’est ainsi qu’elle a obtenu un financement de 10.000 dollars( 5.643.539 FCFA) lui permettant d’augmenter sa capacité de production qui était alors à 1500 briques par jours. Elle a aussi bénéficié d’un mentorat à des environnementalistes prometteurs qui cherchent à trouver des solutions aux problèmes les plus pressant du moment. C’est ainsi qu’elle a obtenu une bourse pour suivre un programme de formation en entrepreneuriat social aux États-Unis.

En décembre 2020, elle avait déjà pu recycler près de 20 tonnes de déchets plastiques et créer 110 emplois environs, ce qui diminue par la même occasion le taux de chômage.
Si Nzambi Matee est aujourd’hui célèbre et acclamé, c’est parce qu’elle a voulu donner du sien pour une cause collective. Son invention est une belle solution efficace contre la pollution plastiques en vigueur aussi bien au Kenya que dans tout le monde entier. Un seul mot  » Bravo », bravo Nzambi Matee.

Lafleur Mbougnia

- Publicité -