- Publicité -

Il ne passe des jours sans que l’on découvre avec surprise et admiration des camerounais qui sortent du lot de par leur esprit de créativité et réalisations dans divers domaines. Il s’agit des jeunes hommes et femmes aux idées de génie qui poussent parfois à la curiosité. Laureline Gouetso, très attachée aux questions de protection environnementale a développé un concept impressionnant : la création de magnifiques meubles de maison et de bureau à partir du recyclage de vieux pneus. C’est d’ailleurs l’activité phare qu’elle mène au sein de son association « Sustainable Footprint » créé en 2018 et spécialisée dans la protection de l’environnement et la promotion du développement durable.

Laureline Gouetso est une digne fille de la région de l’Ouest Cameroun née le 15 mars 1987 à Mbouda. Titulaire d’un baccalauréat A4 espagnol au Lycée Bilingue d’Essos en 2006 et d’une licence en Technique de l’information et de la communication option Publicité obtenu à l’ESSTIC (Ecole Supérieur des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication) de Yaoundé en 2009, elle décide de diversifier sa formation, guidée par sa sensibilité pour les problématiques environnementales. C’est ainsi qu’en 2014, elle choisit de poursuivre un Master en Management environnemental et développement durable à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun(IRIC). Par la suite, elle effectue plusieurs stages dans des entreprises privées et organisations internationales. Grace à ce parcours, Laureline acquiert beaucoup de connaissances et d’expériences qui déboucheront plus tard à la création de son entreprise mentionnée précédemment.

L’idée de créer des meubles à partir de vieux pneus vient de sa formation, de ses recherches, de sa passion pour la protection de l’environnement et de l’amour de tout ce qui est hors de commun. Telle une autodidacte déterminée, elle a muri son idée et a appris à fabriquer ses meubles sans formation aucune et grâce aux vieux pneus collectés dans les poubelles, chez les mécaniciens, les garagistes et chez les colleurs de roues. Elle fait des merveilles non sans utiliser de la mousse, des clous, des panneaux, du tissu, du bois, des agrafes et bien d’autres outils.

Pendant le processus de transformation, son équipe et elle ajoutent des matériaux qui contribuent à l’embellissement et à la durabilité du produit fini : un travail merveilleusement bien soigné avec une touche africaine manifeste dans le choix des tissus utilisés. A partir de la somme de 150 000 FCFA un client peut donc avoir un salon de quatre chaises et une table vitrée. Si Laureline n’a pas encore reçu de prix pour sa création, elle a néanmoins participé à deux grands évènements, notamment le Salon International de l’UNESCO sur l’Éducation au Développement Durable 2021, et le Salon Virtuel Algérien sur la gestion des déchets en Juillet dernier. Cependant, en plus de lutter contre la pollution de l’environnement, elle participe aussi à la lutte contre le chômage dans la mesure où elle crée de l’emploi pour les jeunes.

En effet Laureline Gouetso organise de temps à autre des formations sur la fabrication des meubles grâce aux pneus et embauche par la suite ses élèves. A ce jour, son chiffre d’affaire mensuel varie entre 750.000 FCFA et 850.000 FCFA.

A ce stade, elle est de plus en plus ambitieuse et ne compte pas arrêter d’aussitôt sa course. Courage Laureline !

Lafleur MBOUGNIA

- Publicité -