- Publicité -

Chaque personne nait avec un talent qui le prédestine à réaliser des œuvres extraordinaires dans un domaine précis, mais très peu sont ceux là qui découvrent leurs véritables voies. Alain Thierry Elongbil est l’un des rares camerounais a avoir trouvé son chemin et s’est laissé guider par sa passion. Aujourd’hui il fait partie des meilleurs artistes plasticiens qui manient à la perfection le béton et plus encore.

En effet, avec du fer comme armature et du ciment, ce génie conçoit de très belles statues. Généralement il imagine, dessine au crayon et crée les personnages qu’il représente. Mais parfois, les clients exigent une représentation fidèle d’une personne, dans ce cas, l’artiste réalise un monument. Au delà du béton, il travaille aussi avec du bois, de l’argile , de la bougie fondue et même avec de la céramique. Bref, il donne de très belles formes à tout ce qu’il touche. Cependant, il est important de préciser que Alain Thierry Elongbil est à la base un peintre, ce qui explique son implication dans la décoration intérieure des domiciles.

C’est dans la ville de Nkongsamba située dans la région du littoral que Alain Thierry vient au monde le 15 mars 1985.
Dès l’école primaire il a un amour fou pour le dessin mais pas l’instinct de tenir un crayon. Il se contente alors de récupérer les dessins réalisés par ses camarades de classe moyennant une somme de 25 ou 50 FCFA, et les affiche dans sa chambre. La première fois qu’Alain s’essaya au dessin, c’était avec de la colère parce que son ami avait refusé de lui vendre une de ses très belles œuvres peu importe la somme qu’il lui proposa. Son coup d’essai fut un succès remarquable. Alain était ébloui. Dès cet instant, le crayon ne l’a plus jamais quitté. Élève en classe de 2nde au lycée de Manengouba à Nkongsamba, il représente son établissement au FESTA d’autrefois un festival de valorisation des arts camerounais par les établissements scolaires et reçoit un prix.

Alain Thierry s’est complètement dévoué à sa passion, d’où ses multiples échecs scolaires. C’est dans la ville de Kribi qu’il est inscrit en classe de 1ere. Malheureusement il échoue son probatoire à deux reprises parce qu’il concentre tout son temps et son énergie à la peinture. Il réalise des tableaux et les vend dans les restaurants, les hôtels et même à la plage. Inquiets, ses parents l’envoient à Manjo dans la région du Littoral afin qu’il reprenne le probatoire pour une troisième fois. Mais Alain a toujours du mal à se concentrer à l’école. Un beau matin, alors qu’un censeur était en salle de classe pour passer un communiqué, celui qui ne signe que par le dessin a réalisé son portrait. Le censeur impressionné, l’a conseillé d’aller à l’école des arts. Notre jeune artiste a certes échoué une fois de plus le probatoire cette année là mais il a intégré l’année suivante ( en 2008) l’Institut de Formation Artistique ( IFA) de Mbalmayo. Il fut orienté en sculpture et repris la classe de 2nde où il s’est démarqué très vite par son beau travail. Là il évolua rapidement et décrocha son baccalauréat avec brio.

Si aujourd’hui Alain Thierry Elongbil est capable de faire la sculpture à l’aide de matériaux divers, c’est parce qu’il n’a jamais cessé de faire des recherches dans son domaine afin de s’améliorer. D’ailleurs ce n’est que la sculpture en bois qu’il a appris à l’IFA, le reste, il le découvrira en autodidacte et cela fait déjà huit ans environs qu’il fait la sculpture en béton. À ce jour il vit pleinement de son art même si pour y arriver il a traversé des hauts et des bas comme la plus part des gens qui réussissent par eux même.

Le secret de la réussite ne serait-il peut être pas de se laisser guider par sa passion? En tout cas bravo et bon vent Alain Thierry Elongbil .

Lafleur Mbougnia

- Publicité -