- Publicité -

Du petit bouba en côte d’ivoire aux multiples enfants retrouvés sans vie ou dépourvus d’organes au Cameroun ou même au Togo, la nouvelle tendance dramatique du moment est le retour des crimes qualifiés de crimes rituels en Afrique.

Mécontent de contexte actuel dans son pays, l’international togolais Emmanuel Adebayor a tenu a s’exprimer sur la situation:

 » J’aimerais dénoncer la situation actuelle à Lomé avec les trafics d’organes d’êtres humains vivants/morts. En effet ce trafic est soutenu par certains amateurs de sacrifices. Au cours de ces derniers jours, les faits divers atroces se sont multipliés notamment au Togo. Je souligne que cette situation au Togo n’est pas un cas isolé. Plusieurs autres pays du continent ont été affectés. Malgré le flux de trafiquants entre le Togo et le Bénin, je ne veux en aucun cas que cela divise nos deux pays. C’est plutôt le moment de se souder en tant que voisins et amis pour collectivement combattre le phénomène. Je trouve très écœurant qu’un individu transforme le corps d’autrui en pièces détachées a vendre. J’appelle tous mes frères africains à la vigilance et à la collaboration avec les autorités en dénonçant toute personne suspecte dans les quartiers. Prions pour notre pays le Togo et tous les pays affectés pas ce trafic très inquiétant. Disons NON au trafic d’organes humains « 


De la véhémence et des propos lourds de sens. Voici en quelques lignes le message du capitaine des éperviers . De la viligance et beaucoup d’unité pour lutter contre ce phénomène en Afrique.

Renée Moafembe

- Publicité -