- Publicité -

Artistes de musique traditionnelle bamileke, Takam 2 est un groupe folklorique originaire de Bamendjou composé de deux cousins, jean et Michel tous deux arrières petits-fils du Fo’o (chef) TAKEM.

Très jeune, Michel entendait son père fredonner WA WA HOUH HA et chantait lui aussi la même chanson quand il ramassait les fruits aux pieds des kolatiers durant son enfance.
Avec son cousin jean, ils allaient danser à la cour et lors des cérémonies avec leur grand-père. Ils apprennent ainsi l’art et le folklore qu’ils proposeront aux auditeurs et spectateurs camerounais avec l’arrivée de la télévision publique dans les années 1980.

- Publicite -CAN Total sur Laura Dave média

En 1982, Michel vient de Bafoussam rejoindre jean à Yaoundé. Ils sont commerçants. Jean est ambulant et Michel achète ses marchandises en Italie qu’il revend au marché de Yaoundé. Tous deux sont musiciens à temps perdu.
Jean est l’aîné et le leader du groupe, même si tous les deux Co-composent toutes leurs chansons.

En 1984, ils offrent leur premier spectacle au centre culturel camerounais de Yaoundé. Le même spectacle bien accueilli est offert en 1985 et en 1987 au centre culturel français de Yaoundé. Le public leur demande alors si leur musique est disponible sur des supports. Ils envisagent dès lors la commercialisation de leurs chansons.

Le groupe TAKAM II naît en 1985 , avec un style musical traditionnel et emprunté un peu à la culture musicale contemporaine. Il est joué presque exclusivement avec des instruments bamileke : Tam-tams aux tailles, revêtements en cuir et sons différents, mekongtchouah, voix, frappes des jambes au sol dans un rythme marqué et quelques fois des coups de sifflets.
Le groupe propose des ballets et chorégraphie dynamiques aux rythmes soutenus, proches des danses de guerriers dans la tradition bamileke.

Michel enregistre l’album à Paris et le groupe sort le premier album en 1992.
Le succès n’est pas au rendez-vous de ce premier album car les producteurs veulent une musique contemporaine, proche de la culture urbaine. De plus, un incendie au marché mokolo ravage 10.000 sur les 11.000 disques produits en France. Il ne leur reste que 1000 disques pour se faire une réputation et rembourser les emprunts.

En 2000, un autre album sort, le groupe se produit à la radio et lors des événements.

La réalisation du clip de KOUANG avec Bonaventure TAKOUKAM marque les débuts de la notoriété du groupe. Ils sont alors invités à prester lors d’un match de qualification de l’équipe du Cameroun de football pour le mondial aux États-Unis.

Après la mort de son binôme jean TAKAM le 30 juin 2002 dans l’après-midi, Michel souhaite arrêter la musique traditionnelle. Il est lourdement affecté par le décès rapide de son frère et compagnon de scène.
Sous les encouragements de Léopold Ferdinand OYONO , de Bidoung NKWAT et jean Rameau SOKOUDJOU, chef des Bamendjou, il continue la musique.
Les difficultés financières et le manque d’accompagnement ne l’empêchent pas de faire les titres très demandé lors des événements où les promoteurs souhaitent faire écouter la musique folklorique et traditionnelle.
Il est ainsi invité avec son groupe a des festivals aux brasseries, centre culturels et au sein de la diaspora Bamendjou en Europe.

Le groupe se produit lors du tirage au sort du Chan 2020 au palais des sports de Yaoundé ainsi qu’à diverses cérémonies d’ouverture de compétition au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

APPARAT ET INSTRUMENTS DE DANSE DES TAKAM II

Le Mekongtchouah, instrument en cuivre sous forme de flèche dont l’arc est composé de 2 ou 3 plaques métalliques. Il est secoué au rythme de la musique et de la danse,

Les chaussures en caoutchouc originales faites à la maison et d’un seul pli,

Le tak ou tag sac traditionnel bamileke tissé et décoré de feuille de raphia,

Le vêtement ndop traditionnel constitué de sa tunique avec une bande rouge au bas du vêtement en forme de d’ange et le plan ample assorti,

Une coiffe bamileke traditionnelle assortie au tissu ndop,

Les colliers avec perles marquants ayant des attributs de notables et de chefferie,

Les bracelets traditionnels bamileke souvent fait à base de perles encordées et fixées au poignet et au dessus des biceps,

Une arme d’apparat (souvent la machette) porter autour du cou et maintenue dans son étui confectionné dans deux fines planches de bois et/ou enveloppé de cuir, souvent peau de gibier ou d’un butin de chasse.

DISCOGRAPHIE DES TAKAM II

1982: Naissance du groupe
1992: sortie de KOUANG (la bague du paresseux) 1er tube
2000: 2e tube et décès de Jean
2004: GNE CHE GNE sorti par Michel
2013: TEUM KAK (tisser le panier)
Wo ya ya.

Les TAKAM II , une véritable source d’inspiration qui à nos jours continue de faire danser.

Ève – Pérec N.BEHALAL. Laissez votre commentaire

- Publicité -