- Publicité -

L’Afrique est dotée d’incroyables talents dans divers domaines. Dans le secteur de la santé, certains africains s’investissent corps et âme pour venir en aide aux nécessiteux. C’est le cas du Camerounais Adolphe Mpacko et du Nigérian John AMANAN, qui se sont focalisés chacun de leur côté sur la conception des prothèses pour donner du sourire aux personnes amputées. Découvrons ensemble leurs œuvres formidables.

Adolphe MPACKO et ses prothèses 3D

- Publicite -L'année scolaire aura du goût

« Les prothèses de la seconde chance », c’est le nom que donne Adolphe Mpacko à la solution qu’il apporte dans l’univers de la technologie au Cameroun. Le doctorant en médecine de l’Université de Yaoundé I au Cameroun imprime des prothèses 3D précises et fonctionnelles des membres et des dents, depuis la création de sa startup « Boussole Technologie » à l’age de 24 ans en 2019. Cependant ces prothèses sont produites à la demande car pour Adolphe Mpacko, chaque patient est unique et par conséquent l’on devrait tenir compte de tous ses paramètres.
Au delà des fonctions liées au poste de fondateur de la start UP, Adolphe Mpacko évalue les paramètres cliniques pour déterminer si le patient a besoin d’une prothèse ou pas, un travail qui requiert de ses compétences en médecine. Cependant la conception de la prothèse est assurée par un collaborateur qui cumule des compétences d’orthoprothèse et de design numérique.

John AMANAN et ses prothèses hyper réalistes pour peau noire.

John AMANAN réalise des prothèses au réalisme bluffant pour venir en aide aux personnes amputées. Des bras aux pieds en passant par les oreilles, le nez, les doigts, les orteils, les jambes, et même les seins, ce génie fait la réplique de toutes les parties du corps perdues. En plus, ces œuvres conçues pour les handicapés de peau noire sont presque réelles car elles ressortent les moindres détails comme les veines, les tâches sur la peau et les cicatrices entre autres. Par ailleurs, il conçoit aussi des cheveux artificiels pour les chauves.
Diplômé des beaux arts et art industriel à l’Université d’Uyo au Nigeria, John est avant tout un sculpteur créatif. Aujourd’hui il utilise son art pour résoudre un vrai problème de vie, à travers son entreprise « Immortal Cosmetic Art ».

Le déclic

Derrière chaque création se cache une réelle motivation. Laquelle peut varier d’une personne à une autre. John AMANAN et Adolphe Mpacko ont tous deux pour but d’aider les personnes ayant perdu une partie de leur corps, même s’ils ont des histoires très différentes.

Adolphe Mpacko, alors qu’il est encore étudiant à la faculté de médecine, il effectue un stage en 2016 au Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées basé à Etoug Ebe dans la ville de Yaoundé. C’est alors qu’il partage le vécu des personnes amputées ; il note les chiffres extraordinaires en terme d’amputation des membres et réalise malheureusement l’insuffisance de l’appareillage des patients. Dès cet instant, il comprend qu’il y’a un problème à résoudre. C’est ainsi qu’il donnera vie à ses idées deux ans plus tard. En fonction des calibres. Ses prothèses coûtent entre 500.000 FCFA et 1 million de FCFA.

Pour ce qui est de John AMANAN , l’idée de création des prothèses lui vient lorsque son cousin perd plusieurs doigts des suites d’un accident. Cherchant comment il pourrait l’aider en tant que sculpteur, il fini par se dire: « j’ai toujours sculpté les êtes humains, pourquoi ne pourrai je pas créer quelque chose qui puisse réellement être utilisée sur le corps humain ? » . Après plusieurs réflexions et recherches, il débouche finalement sur les prothèses. Toutefois conscient de la gène qu’éprouvent les handicapés, hôtes de la plupart des prothèses qui ne tiennent pas en compte la couleur de peau ou sont faites avec des matières lourdes comme le bois, John AMANAN se fixe le défi d’atténuer le traumatisme émotionnel et la perte de confiance dont sont victimes les personnes amputées. John fait place à son art cosmétique et désormais, avec une somme de N 250.000 (337.000 FCFA) pour les jambes ou les bras et N 35.000( 47 000 FCFA) pour d’autres parties du corps, ses patients se sentent à l’aise et entiers esthétiquement. John livre aussi ses produits partout dans le monde à partir de la somme de 10.000 dollars, soit 5 550 000 FCFA.

Adolphe MPACKO et John AMANAN sont deux africains qui méritent d’être acclamé pour leurs différents travaux car ils défendent une cause assez noble et ne se laissent pas décourager par les obstacles du quotidien. De telles personnes, l’Afrique en a vraiment besoin pour se développer.


Vivement que tous les Africains laissent éclore leur géni.

Lafleur MBOUGNIA

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici