- Publicité -

Du cinéma à la musique et de la musique pour le cinéma, c’est aujourd’hui ces deux casquettes qui ont forgé la personnalité de Mimie, notre invitée dans « Entretien Avec« . Aujourd’hui visage incontournable du paysage culturel camerounais, la chanteuse ayant fait une partie de ses études à Buea au Cameroun se veut désormais une artiste internationale. Au cours d’ un tête à tête dans les locaux de Laura Dave Média, elle s’est dévoilée histoire de tabler sur son parcours mais également d’entrer en profondeur sur sa récente sortie musicale « Faya » featuring Locko.

Laura Dave Média : Bonjour Mimie, Bienvenue chez Laura Dave Média.
Mimie : Bonjour,
Merci pour l’accueil.

- Publicite -L'année scolaire aura du goût

Laura Dave Média : Comment se présentait Mimie étant toute petite?
Mimie : J’étais une enfant introvertie.
Une petite gamine qui était vraiment passionnée de danse et de musique et, j’exprimais cette passion là en interprétant les musiques que j’affectionnais à l’époque. J’étais aussi très timide quand je voyais beaucoup de personnes autour de moi que je ne connaissais pas forcément je me renfermais un tout petit peu dans ma coquille.

Laura Dave Média : Mimie aujourd’hui est une vedette de la musique mais avant d’entrer dans cet univers, vous avez flirté avec le cinéma. Quelles sont les raisons qui ont poussé la jeune Mimie à abandonner dans un premier ce secteur? Est-ce du au fait que le cinéma n’était pas très prometteur a l’époque ?
Mimie : J’ai commencé le cinéma par tout Hasard vu que, à l’époque je n’avais pas souhaité a en faire une carrière. C’est un producteur en ce moment là qui malheureusement est décédé aujourd’hui qui m’intègre dans son Projet. Il organisait un casting à Buea pour la série Maman ji, je n’avais malheureusement pas pu m’y rendre et comme par un chance, il me rencontre dans la cour et a estimé que j’étais la personne qui devait en principe incarné le rôle principal sur son projet. Dans un premier temps, j’ai joué le rôle de chanteuse de cabaret et au fil du temps, j’ai réellement été intégré dans la troupe, là c’était à Buea; mais à Douala c’était complexe pour moi vu que je ne connaissais personne j’avais à peine 19 ans. J’avais du mal à m’imprégner surtout qu’à l’époque le cinéma ce n’était pas trop ce qu’on a aujourd’hui. Mon souci majeur était qu’il n’y avait pas de projets alléchants matière cinéma pour moi mais plutôt des projets autour de la musique. C’est une situation qui s’est accentuée même à mon entrée à l’université de Douala jusqu’à mon cover d’une chanson de Stanley en 2014.

Laura Dave Média : L’histoire Stanley Enow, Mimie elle commence en ce moment, est-il possible de faire un flashback ?
Mimie : (Rire) Stanley venait à peine de sortir son tube  »Hein père » et il avait un concert à faire et il voulait deux versions, notamment une acoustique. Compte tenu du fait que je connaissais Stéphane Akam qui était un ingénieur de song de l’équipe de Stanley, il sollicite que je travaille avec lui. J’ai été présenté à Stanley et on lui fait écouter ma version qu’il a aimer et souhaiter que je puisse monter sur scène avec lui et voilà où nous sommes aujourd’hui.

Laura Dave Média : Mimie depuis le début de sa carrière évoque dans la plupart de temps, des chansons qui tournent autour de l’amour, est-ce la sa source d’inspiration première ?
Mimie: Je ne dirais pas que je suis très focus sur des chansons ayant des thèmes love, avant et après Dona, il y’a eu pas mal de chansons qui parle pas forcément d’amour. L’amour est un thème qui jusqu’ici j’évitais, c’est un petit mot qui peut être développé de plusieurs manières à mon avis et je viens d’ailleurs d’en offrir une manière assez différente de l’exprimer dans mon nouveau projet musical.

Laura Dave Média : Parlant de ton nouveau single  »Faya » feat Locko. Quel est le résume de cette chanson?
Mimie:  »Faya » est une déclaration d’amour d’une femme super amoureuse à son conjoint et vise versa. Sans faire exprès, Locko et moi lorsque nous avons écouté la chanson en off, nous nous sommes dis que celle-ci est la suite de la chanson  »Boboo » et voilà nous avons fait le feat et ça marche super bien en ce moment.

Laura Dave Média : Locko et Mimie aujourd’hui sont inséparables, d’où n’ait cette relation entre vous deux?
Mimie : En fait la relation Locko et Mimie dure depuis 2015 je suis fan de lui, et lui de moi, on s’entraide a chaque fois. Il sollicite mon avis sur certains de ses projets et j’en fait pareil.
On a eu des projets commun tels que Boboo ou Power mais, ce n’était pas trop ça avant. Il fallait un projet comme  »Faya » pour vraiment nous exprimer en tant que chanteurs.

Laura Dave Média : Plus de 500.000 vues sur Youtube avec cette chanson, vous avez prévue un tel succès avec votre équipe ?
Mimie: l’équipe je ne sais pas, mais moi Oui !
La chanson a été enregistrée en 2018 et avec toutes les péripéties qu’il y’a eu autour, je me disais que forcément elle va marcher, autant Locko que moi on y croyait, il y’a une énergie positive pendant l’enregistrement et je crois que c’est cette énergie positive qui est transmise chez le public qui adhère à ce featuring.

Laura Dave Média : Qu’est ce qui est prévue après cette chanson?
Mimie: La sortie de mon EP intitulé  »No Limite », il sera composé de sept titres exactement, dans ce projet je voudrais raconter qui je suis. Malheureusement il y’aura pas de collaboration en dehors de Faya avec Locko mais, pour l’album qui est en préparation Oui, pourquoi.

Laura Dave Média :Parlons de Mimie, l’actrice de cinéma.Qu’est ce qui d’après vous joue en votre faveur pour faire partir du casting des films sur lesquels vous avez jusqu’ici collé votre image?
Mimie: La directrice de casting du projet Shenanigans était Noëlle Kenmoe et compte tenu du fait qu’on a eu une collaboration ensemble, elle sait exactement le type de personne ou de rôle que je suis apte à incarner dans un projet cinématographique. Comme j’ai les ères de bobo  »Enfants nantis », elle a estimé que le rôle sciait véritablement à ma personne. C’est pareil pour Madame… Monsieur cette fois avec Muriel Blanche pour directrice de casting… on avait besoin de quelqu’un qui pouvait vraiment rivaliser Passy.
Je pense que c’est mon jeu d’acteur qui joue beaucoup en ma faveur. Il y’a peu Ebenezer Kepombia m’a confier qu’il me préfère dans le cinéma par rapport à la MUSIQUE, il a vu mon talent et voilà.

Laura Dave Média : Le personnage que vous incarnez dans Madame… Monsieur impacte pas vôtre quotidien ?
Mimie: Au début Oui!
Beaucoup m’ont taxé de méchante et autres sur les réseaux sociaux et moi c’est une preuve que je fais un bon travail parce que si on t’insulte par rapport à ton rôle c’est une preuve qu’il est bien exécuté.

Laura Dave Média : Quel est l’impact positif de ta présence dans la série Madame Monsieur ?
Mimie: Je ne sais pas si c’est un coup de chance, mais le fait que je figure dans Madame… Monsieur cela a un grand impact dans ma carrière de chanteuse. Beaucoup ne savaient pas que Carine c’est Mimie. C’est honnêtement un gros plus pour moi, le nombre de followers qui augmente de jour en jour, encore plus de visibilité sur ma personne je dirais.

Laura Dave Média : Un mot de fin ou un conseil aux jeunes…
Mimie: La persévérance ! On ne connait pas de quoi demain est fait. Être patient, avoir la foi en ce qu’on fait parce que c’est ce qui fera ta fierté demain.

Propos recueillis par Serge Bonny

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici