- Publicité -

Encore une ingéniosité, un talent africain qui réussit à marquer les esprits. C’est de LONDJI, un village proche des eaux dans la cité balnéaire Kribi qu’est originaire Ismaël Essome, ce Camerounais de 31 ans qui fabrique des « écoboats » à l’aide des bouteilles plastiques.

 Il est désormais compté parmi les camerounais qui,  partant d’une situation désastreuse et chaotique ont pu créer de la richesse. En effet, le déclic  survient en 2011 alors qu’Ismaël est encore étudiant. Durant une nuit, une forte pluie s’abat sur la ville de Douala. Les eaux remontent fortement et avec elles une quantité impressionnante de bouteilles plastiques qui se déversent dans les différentes artères de la zone universitaire. Un évènement qui l’aura marqué à jamais. De là nait une réflexion sur le moyen de redonner une seconde vie à ces bouteilles. C’est ainsi qu’il intègre une école environnementale et en sort ingénieur en gestion environnementale.

- Publicite -

Désormais dévoué à la cause de la protection de la nature, et résidant dans la zone côtière où les populations vivent de la pêche et du tourisme,  le jeune entrepreneur met sur pied une solution à la fois simple, ludique, et surtout rentable  qui permet non seulement de lutter contre la pollution due aux déchets plastiques, mais aussi de préserver les arbres qui chaque années sont détruits pour la fabrication des pirogues traditionnelles.  Une solution plutôt originale qui va très rapidement susciter la curiosité et attirer les touristes. Ces bateaux écologiques sont essentiellement constitués de bouteilles, reliées les unes aux autres par une corde bien spécifique. La plus petite pirogue de pêche peut accueillir une à deux personnes et environ 75 kg de poisson. Les pirogues de tourisme quant à elles peuvent transporter cinq personnes chacune dont les poids sont compris entre 70 et 95Kg.

Après une collaboration fructueuse de 18 mois avec une ONG internationale qui excelle dans la gestion environnementale, Ismaël Essome fonde en 2016 sa startup, « Madiba & Nature »  à travers laquelle il a réalisé pas mal d’actions écologiques. En 2020, c’est au total environ 150 bacs de recyclage installés dans les villes de Yaoundé, douala et Kribi d’une part, et près de  15 clubs environnement crées dans les établissements scolaires de la région du littoral. Également, plusieurs séances de travail ont été organisées pour apprendre aux plus jeunes la fabrication des objets à l’aide des bouteilles plastiques. Toujours dans le cadre des activités de sa startup, les descentes sont effectuées sur le terrain afin de récupérer les bouteilles qui jonchent les rues. C’est ainsi qu’avec son équipe, Ismaël  peut récolter en saison sèche environ 1 million de tonne de bouteilles plastiques  et en saison pluvieuse près de 1 ,5 million par an. Il les utilise ensuite pour fabriquer des objets variés. Par exemple, avec environ 600 000 bouteilles plastiques, il conçoit un canapé, et grâce à  180 bouteilles, une table  peut voir le jour.

Si en Mai 2020, son initiative « ECOBOAT » lui a value sa participation à une édition de la « Océan Solutions Sprint » du Forum économique mondial, où il parvient à se hisser jusqu’en demi-finale, il faut dire que deux ans plus tôt (2018), il a remporté le prix « CleanSeas Innovation Challenge », un concours entre étudiants universitaires récompensant des idées créatives pour s’attaquer à l’un des problèmes environnementaux les plus urgents de notre temps,  et il a aussi participé à « Interactivos18 », une compétition de fabrication et d’innovation dans les domaines du recyclage et de l’économie circulaire. En mai 2021, il développe une application intitulée « Madiba & Nature » sur Play store pour aider les ménages à réduire leurs déchets, à développer le recyclage et à promouvoir l’éducation environnementale.

Il faut dire que l’esprit de gardien de l’environnement qu’a Ismaël Essomé date de sa  plus tendre enfance. Ayant étudié dans une école où il était strictement interdit de jeter les ordures au sol et dont la peine d’outrage à la règle était d’une amende de 25 francs CFA, le petit garçon de cette époque ne voulant pas perdre de l’argent inutilement a pris l’habitude de ne pas laisser trainer ses déchets.  A ce jour, Ismaël ESSOME, notre ambassadeur de « One Young World » est un jeune qui une fois de plus dévoile le génie de l’Afrique et qui de par son expérience prouve à suffisance que chaque problème représente une opportunité de business que l’on peut rentabiliser à condition d’avoir la bonne solution.

   Lafleur MBOUGNIA ( Stagiaire )

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Bravo à lui. Beaucoup de courage et merci de nous montrer qu’il faut toujours prendre nos idées au sérieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici