- Publicité -

De son vrai nom Jean Noël Menyaga, le chanteur camerounais et féru de Rock’n’B Jay-N est l’invité de Laura Dave Média. Durant une interview accordée au média, le natif d’obala localité située dans la région du centre du Cameroun a passé en revu ses années de gloire dans la musique mais également les raisons de son absence sur la scène musicale depuis exactement 11ans aujourd’hui avec a la clé l’annonce de son retour par la sortie officielle de son single  »I’m Back » pour le dimanche 25 juillet 2021.

Laura Dave Média : Jay-N Bonjour et merci d’avoir honoré notre invitation.
Jay-N : Bonjour, c’est un plaisir pour moi.

- Publicite -

Laura Dave Média : Jay-N pour ceux qui ne vous connaissent pas comment peut-on vous présenter ?
Jay-N : Je suis Jay-N, de son vrai nom Jean Noëlle Menyaga, je suis camerounais né de la fusion entre une éton d’Obala pour le côté de ma mère et d’un blanc pour l’autre côté, celui de mon père.
Je suis artiste musicien, realisateur, scénariste, Manager également… j’ai plusieurs casquettes mais pour le cas de cette interview je préfère celle d’artiste musicien.

Laura Dave Média : Plus jeune, Jay-N se projetait-il à une carrière dans la musique ?
Jay-N : Sincèrement Non!
J’étais plus focalisé pour une carrière cinématographique, j’ai toujours rêvé d’être un acteur de cinéma, ça m’a toujours passionné en fait mais, en côtoyant des amis, je me suis rendu compte que je pouvais aussi chanté. Ma première passion à la base est le théâtre.

Je décide d’entrer dans la musique après avoir rencontré Dupree Koual, mon tout premier manager et, c’est même lui qui a découvert la petite pépite en moi et c’est ce dernier qui est à l’origine de mon nom d’artiste JAY-N. J’ai accompagné par la suite des personnes du milieu comme Seventh Sign, Djess Panebo qui a véritablement compris l’esprit et le rythme musical Rock’n’B que je voulais à cette époque inculquer au public Camerounais. Aujourd’hui avec lui c’est plus qu’une amitié, nous sommes des frères.

Laura Dave Média : Vous vous êtes démarqué à l’époque avec le style Rock’n’B, comment en ce moment Jay-N réussissait à vendre ce rythme?
Jay-N : Ce n’était vraiment pas facile au début. je suis  »guéguéro » (Rire), je suis blanc et quand je montais sur scène, on m’insultait, quand j’ouvrais ma bouche pour faire du Rock c’était encore pire, parce qu’on sait qu’au Cameroun a l’époque c’était plus des rythmes comme le Rap, le reggae et autres du terroir qui étaient mis en avant. Venir imposer du Rock’n’B ce n’était pas facile et, pour le faire j’ai plutôt eu recours à ma casquette de scénariste, de réalisateur et prouver à partir de mes visuels et vidéoclips que le rythme peut être accepté. Donc en gros, je me suis plus focalisé sur l’image. D’ailleurs en novembre 2007 j’ai reçu la distinction de Meilleur vidéoclip de l’année avec le titre  »I’m Danger » au Mboa Hip hop Awards. Pendant la cérémonie des Awards, plusieurs rappeurs étaient choqué qu’on puisse donner le prix à un sud-africain par contre je suis Camerounais et plutard avec  »Rock star », ça été un succès fou et je pense qu’à ce moment beaucoup on compris ce que je défendais.

Laura Dave Média : Justement parlant du vidéoclip de la chanson Rock star, il fait directement penser à la chanson Thriller de Michael Jackson, pourquoi ce choix?
Jay-N : Oui parce que le tournage du vidéoclip est tombé à la période du décès de Michaël Jackson en fin juin 2009 et, parce que je suis super fan de lui, je me suis dis pourquoi ne pas faire un Thriller à la Camerounaise. En tant que réalisateur, je sais comment ça peut se présenter, j’ai des personnes qui peuvent jouer les zombies…Et voilà un peu.


Laura Dave Média : Après le succès de cette chanson, Jay-N disparaît de la scène musicale. Qu’est ce qui justifie aujourd’hui cette absence ?
Jay-N : Premièrement après les canal 2’or 2011, j’ai fait plusieurs scènes au Cameroun et j’étais un tout petit peu fatigué encore que j’avais un souci avec mon ancienne maison de production qui estimait que ‘‘Rock Star » était la seule chanson qui pouvait mieux me vendre alors qu’en ce moment j’avais un album de près de 14 titres. Je me fatiguais déjà de chanter cette chanson à tout mes spectacles, honnêtement je n’aimais plus cette chanson. Mais en dehors de cela il y’avait des mésententes, des coups bas entre mon ancien manager et moi (Je ne souhaite pas entré en détail) mais c’est tout ça qui m’a poussé à me retirer de la scène, j’avais signé par naïveté un très long contrat avec ce dernier et je lui ai dis que tant que le contrat n’est pas terminé je ne ferai aucune chaîne de télé ou quoi que ce soit.

Laura Dave Média : Pendant cette longue pause, qu’est-ce qui vous occupait ?
Jay-N : J’ai fait mes deux magnifiques enfants une fille et un garçon, je me suis mis à l’agriculture parce que en tant que camerounais, on a l’avantage d’avoir des terres fertiles et autres.
Je manage des sociétés et récemment j’ai crée avec mon boss une structure qu’on appelle PNM.

Laura Dave Média : Avec du recul comment est-ce que vous trouvez la musique urbaine au Cameroun ?
Jay-N : Elle a énormément évolué parce, quand j’entends parler aujourd’hui des cachets d’un million aux artistes musiciens je suis ahuri et je me dis que si c’était à mon époque, je serai milliardaire en ce moment. Malgré toutes les scènes que j’ai eu à faire, mon plus gros cachet était en 2010, j’avais reçu 300.000 frs avec une suite de 7 danseurs, il fallait payer le transport divertir ceux-ci c’était très complexe pour moi ..
Aujourd’hui ça fait plaisir cette évolution.
Les jeunes sont venus avec une nouvelle impulsion, images, des vidéoclips très beaux, de la musique vraiment très travaillée ce que les artistes du Makossa ou du Bikutsi n’avaient pas penser à l’époque, sans oublier le digital qui est venu vraiment changer et même rehausser notre musique.

Laura Dave Média : Le 25 juillet 2021 vous annoncez votre retour sur la scène musicale, a quoi est-ce que le public doit s’attendre ?
Jay-N : Effectivement le 25 Juillet 2021 à 14h sur Youtube je suis de retour avec le vidéoclip du titre  »I’m Back », dont vous pouvez déjà déguster l’audio, le public découvrira un Jay-N un peu plus mature.

Laura Dave Média : Qu’elle sera la plus value de ce comback?
Jay-N : En faisant dix de mutisme, je ne suis pas resté les bras croisés, j’ai encore plus travailler ma voix, revu certains détails qui ne marchaient pas à l’époque.

Laura Dave Média : Après le single I’m back, que prévoit Jay-N pour la suite?
Jay-N : Ce single annonce un vaste programme d’au moins quatres ans et je vous rassures déjà que chaque trois mois il y’aura une nouvelle chanson.  »I’m Back », est juste une introduction, d’ici là je devoillerais les 14 titres de l’album M.A.R.S (My African Rock Star).

Laura Dave Média : Le titre « I’m back » n’est pas un tout petit peu prêtentieux?
Jay-N : (Rire) Ça m’a vraiment manqué d’être sur la scène, de faire des Interviews et je ne trouve pas prétentieux de dire que je suis de retour, c’est normal de dire que je suis de retour pour moi et aussi pour mon public, il n’ya pas d’autres mots pour exprimer cela honnêtement.

Laura Dave Média : Revenons sur l’album M.A.R.S, il y’aura t-il des collaborations?
Jay-N : Bien-sûr il y’en aura et de très belles collaborations, c’est encore en suspense…
Sur les 14 titres on aura pratiquement 6 collaborations sur le plan national et international avec la nouvelle génération que je connais où que j’ai côtoyé à l’exemple de Locko, Stanley Enow, Ténor…

Laura Dave Média : Les rythmes musicaux sur lequel vous flirterez dans cet album seront-ils différents du Rock’n’B ?
Jay-N : Essentiellement Rock et RnB, on aura droit à une touche de Hip Hop avec Stanley Enow par exemple.
Je ne migrerai jamais sur des rythmes locaux, si tu as besoin d’entendre du Mbolé, met un artiste Mbolé, si c’est le Rock met un artiste Rock c’est aussi simple que ça. C’est pas parce qu’on insère du Tam-tam dans nos musiques que ça fera de celles-ci des musiques Africaines, c’est selon moi en tout cas.

Laura Dave Média : Que devient le Jay-N amoureux de cinéma ?
Jay-N : Je vous donne une exclusivité, en septembre je vais tourner une série intitulée  »Wolowos », elle aura trois saisons et la première aura 10 épisodes de 52 minutes, donc le Jay-N cinéaste arrive, la série sera produite par PNM, en plus de cela j’ai pour ambition d’ouvrir très bientôt un studio audio et vidéo dans la ville de Yaoundé.

Laura Dave Média : Un mot pour les jeunes qui rêvent d’être comme Jay-N.
Jay-N : Être très patient et moins naïf que moi parce que, c’est bien de partir haut mais c’est difficile d’être au sommet. Ne cherchez pas trop le Buzz.

Laura Dave Média : Merci Jay-N d’avoir répondu à nos questions.
Jay-N : Je suis très content de faire des interviews à nouveau et j’espère que ce que j’apporterai sera un plus pour notre musique camerounaise.
Merci à vous aussi.

Propos recueillis par Serge Bonny

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici