- Publicité -

De son vrai nom Money Belinga Yvana, Bel’yv est une chanteuse camerounaise née le 30 janvier 1994 dans la ville aux sept collines Yaoundé, elle y passe le plus clair de son enfance au côté de sa famille. Révélée lors d’un casting organiser par Mo Beats Records, cette passionnée de cinéma forme sous ce label le groupe les Mo grils avec deux autres jeunes talents. Une aventure qui se déclinera autour de plusieurs singles mais principalement par leur collaboration avec le célèbre Daishi Ivoirien DJ Arafat. Belyv fait peau neuve et revient en 2021 avec  »Sensation » son nouveau projet musical comme figure du label Sessua Entertainment,elle en profite pour détailler à Laura Dave Média durant Entretien Avec…

Laura Dave Média : Belyv, d’où vient ce petit nom d’artiste?
Belyv : Belyv est le diminutif de mon nom Belinga et de mon prénom Yvana. C’est fait exprès pour qu’il y ait la prononciation « Believe’‘ parce que j’ai fait reference au verbe croire en anglais tout simplement.

- Publicite -

Laura Dave Média : As-tu toujours rêvé de faire carrière dans la musique?
Belyv: Sincèrement Non!
je rêvais beaucoup plus être actrice de cinéma et, je crois que j’ai eu naturellement la grâce d’avoir un bon timbre vocal depuis toute petite et on me faisait cette remarque bien que ce n’était pas mon truc… il a fallut que j’arrive à l’université et, grâce à mes amies qui a cette époque étaient très ancrée dans la musique, je me suis retrouvée à suivre le mouvement. J’entre dans le club Orchestre.

Laura Dave Média : Quels sont les artistes qui ont influencé l’enfance de Belyv?
Belyv : C’est bizarre parce que a mon jeune âge a l’époque je ne devrais pas admirer ce genre d’artistes mais j’ai beaucoup plus été influencé par les anciens grâce à ma mère qui écoutait plus Annie Anzouer, Dina Bell, Petit pays, Anne Marie Nzie, Grâce Decca, Ben Decca… je pense que ceux-ci ont beaucoup influencé mes choix et mon actuelle orientation musicale.

Laura Dave Média : Comment Belyv réussit a être dans le trio  »Les Mo Girls’‘ et faire un featuring avec la légende Du Arafat avec pres de 40.000 vues sur Youtube ?
Belyv : Déjà le groupe  »Mo Girls » est issu d’un casting qui a eu lieu entre 2011/ 2012 et par un hasard, je décide de faire un casting après avoir été à Mo beats records ou j’allais de temps en temps faire écouter mes notes. Un jour étant là-bas, ils me disent qu’ils sont dans l’optique de créer un groupe de filles et que si je le veux ils peuvent me produire a l’issu du casting. Dieu merci j’ai été retenu malgré les épreuves, j’étais même le leader du groupe les mo grils. Nous avons fait un featuring avec DJ Arafat en 2014 sur notre premier single  »Secouer lo ». Arafat était au Cameroun pour un concert et préparait en même temps un single en studio, on lui a fait écouter notre single, il était très impressionné et voilà il demande après nous, curieusement très surpris par nos jeunes âges respectifs, il sollicite nous encourager et entre en studio pour le single proprement dit.

Laura Dave Média : Après le titre  »Secouer lo » est-ce qu’il n’ya pas eu d’autres projets musicaux avec les mo grils ?
Belyv : Nous étions plus un groupe live et axé sur des tournées live… on faisait ça et là des shows un peu de partout pour se faire connaître du public et même sur les réseaux sociaux. Après le titre  »secouer lo », on a sorti un 2nd single mais nous avons pas le temps de faire la promotion, après ce titre il y’a eu des contrats, des séparations.

Laura Dave Média :En 2021, tu fais peau neuve en nous offrant l’EP ‘‘Sensation » composé de 8 titres, quel est le message que tu souhaites transmettre au public ?
Belyv : Par Rapport au précédent single, j’ai préféré faire preuve de beaucoup plus de senbiliter, mettre un peu plus de mon âme, de mon énergie, mon intérieur. Au départ je faisais de la musique pour faire bouger vue que nous les africains nous aimons l’ambiance mais dans celui j’ai voulu parler avec mon coeur.

Laura Dave Média : Pourquoi le choix du titre  »Sensation »?
Belyy: Juste parce que les 8 chansons de l’EP sont des sujets très profonds, à polémique… j’utilise l’amour ici pour ne pas choquer.
j’aborde par exemple des thèmes comme le tribalisme dans la chanson  »Bamileke », je parle ici d’un Beti et des bamileke.
Dans le titre  »Ndedi’‘ je parle de la violence conjugale, un homme qui demande pardon à sa femme après les souffrances qu’il fait enduré a celui-ci.
j’utilise l’amour pour aborder de manière délicate des sujets qui peuvent blesser.

Laura Dave Média : Tu écris les 8 chansons dans un contexte marqué par la Covid-19, est-ce que chacune de ses chansons est une manière pour toi de peindre ton vécu en cette période?
Belyv: Je ne pense pas j’aurais pu trouver assez d’inspiration si je ne parlais pas de moi, ou de ce qui m’entoure. Quand je voyais des situations je me mettais à la place des victimes et j’essayais de trouver une solution en ma manière.

Laura Dave Média : Dans l’EP tu collabores avec deux icônes de la musique camerounaise en occurences Petit pays et Dina Bell, pourquoi ce choix?
Belyv : J’aurais pu faire des featurings sur toutes ses chansons, je n’ai pas choisi petit pays où Dina Bell parce qu’ils sont meilleurs que les autres.
Pour la reprise du titre  »Sophie » avec Dina Bell, au départ je n’avais pas l’intention d’en faire un feat et j’avais besoin de montrer un autre côté de moi et prouver que je suis une artiste a voix et a performance. Lorsque je finis d’enregistrer la chanson en question je vais dans un super marché et je me suis rendu compte qu’il y’avait plus de 5 versions de ce titre et il me fallait quelque chose qui donnera de l’intérêt, qui aura une autre portée. Voilà comment au sein de mon équipe on réussit à contacter Dina Bell on lui fait écouter la chanson et il l’a valide, Dina Bell c’est un blanc, quelqu’un de très ouvert.

Pour Petit pays, c’est d’abord un artiste atemporel ! et j’ai toujours aimé son côté chameur, le côté romantique, d’ailleurs ma chanson préférée c’est  »fait moi câlin ». Lorsque j’écris et j’enregistre la chanson  »je te suivrais », je voulais quelque chose d’autre je trouvais qu’il manquait quelque chose j’ai pensé au gobelet de Jésus petit pays bien que n’étant pas très sûre de sa réaction, on a contacté son équipe notamment son manager qui a tout fait pour nous arranger un rendez-vous avec petit pays du côté de Bomono.

Quand je regarde ces deux Collaborations, je me dis que ça en valait la peine, je suis heureuse et je sens chanceuse.

Laura Dave Média : Est-ce qu’il y’a des artistes de la nouvelle génération avec qui tu peux être compatible musicalement parlant pour des featurings?
Belyv : Oui il y’en a.
Je pense a Sandrine Nnanga, Ful, Cysoul, Lydol.. des artistes a voix surtout parce que j’aime la musique douce, tendre même si j’ai un petit côté sauvage.

Laura Dave Média : Où est-ce qu’on trouver l’EP?
Belyv : l’EP est disponible dans mon site web www.belyvofficiel.com et sur toutes les plateformes de téléchargement légales, il est partout.

Laura Dave Média : Qu’est ce qui est prévue après la sortie de  »Sensation »?
Belyv : Déjà c’est difficile de dire ce qui est prévue, nous sommes concentrés sur la promotion de celui-ci, il s’agira de présenter chacune des chansons de L’EP.
Des concerts live sont prévus bien que c’est difficile de programmer des concerts en cette période de Covid-19.

Laura Dave Média : Qu’elles sont les techniques que tu adoptes pour garder ta voix?
Belyv : Je ne peux pas mentir !
je mange normalement mais je crois que j’ai eu ma voix naturellement et pour travailler ma voix j’ai eu a le faire en apprenant des vocalises avec un CD allemand que j’avais a l’époque des Mo Girls, je consomme beaucoup de thé et j’évite de consommer de l’huile.

Laura Dave Média : Un mot pour la fin
Belyv : Je remercie ceux et celles qui me soutiennent depuis 2018, l’année pendant laquelle j’ai lancé ma carrière solo. croyez à vous et n’hésitez pas à me contacter sur mes pages Facebook, Instagram Bely’v.

Propos recueillis par Serge Bonny

- Publicité -