- Publicité -

C’est une femme, une mère, une sœur ayant le cœur attristé qui exprime sa soif pour la réconciliation et la paix sur le territoire Camerounais. Chantal Ayissi puisqu’il s’agit d’elle, la dernière née de la dynastie des Ayissi une famille célèbre pour les prouesses de ses fils ayant brandis haut le drapeau tricolore Camerounais grâce à leurs talents de chanteurs, de styliste et même de sportifs.

Il y’a quelques semaine, la Beyoncé du Cameroun a livré  »l’hymne de l’unité » qui, sous un fond de Bikutsi prêche la PAIX, l’HARMONIE plus encore l’AMOUR. Une valeur intrinsèque que Chantal Ayissi du haut ses 22 années passées à l’étranger dénonce et rejette avec amertume les entraves à cette quête à l’exemple du tribalisme, de l’hypocrisie, de la calomnie, de la destruction, de l’humiliation :  »Le Cameroun ne nous appartient pas seul…il y’a pas que les sardinards, les tontinard, la diaspora… Esprit de destruction brisé, esprit de médisance brisé, esprit d’humiliation brisé… » peut-on écouter dans cette belle chanson.

- Publicite -

La Diva ne ménage d’aucun efforts pour étaler et donner son message aussi bien en langue Beti, en français qu’en anglais. Le vidéoclip de 5 minutes exactement livré il y’a une semaine cumule au moment où nous rédigeons cet article près de 20.000 vues sur Youtube. Celui-ci non extravagant présente une Chantal Ayissi au couleur vert, rouge et jaune représentant une partie des armoiries du Cameroun. Plus encore le côté festif et chaleureux n’est pas en reste car, ici se trémousse ça et là des camerounais unis.

Sans modération consommer  »L’hymne de l’unité » proposé par Chantal Ayissi en guise semble t-il de comback.

Serge Bonny

- Publicité -