- Publicité -

Le légendaire portier italien s’est engagé vendredi dernier avec le Paris-SG. L’occasion de retracer la carrière d’un monument du football.

Gianluigi Buffon, c’est l’histoire d’un grand vin italien. Et comme tous les grands vins, il se bonifie en vieillissant. Une carrière pleine, une aura internationale et une longévité insolente. Retour sur la carrière de l’immortel du football qui s’est engagé vendredi pour un an avec une option d’un an supplémentaire.

Un jeune vieux

En vingt-trois ans de carrière, le joueur de 40 ans a toujours dégagé un calme, un charisme et une maturité impressionnants. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, Buffon a été jeune. Originaire de Toscane, il quitte sa région natale en 1991 pour s’engager avec Parme, à l’âge de 13 ans. Il évolue avec les équipes juniors jusqu’en 1995, année où il intègre le groupe professionnel à l’âge de 17 ans en tant que troisième gardien. Dès sa première saison, un concours de circonstances lui permet d’honorer ses débuts en «pro», contre le Milan AC. Les attaquants voient alors naître un monstre, qui veillera à les écœurés durant toute sa carrière.
Pourtant, celle-ci aurait pu être tout autre. Jusqu’à ses 12 ans, le petit géant (1,92 m) évolue en tant que joueur de champ. Mais les exploits du gardien camerounais Thomas N’Kono lors du mondial 1990 en Italie, finissent de le convaincre de descendre d’un cran. «Enfant, j’avais une idole : Thomas N’Kono, le gardien du Cameroun. Il me fascinait. Je l’ai vu jouer à la Coupe du monde 1990. Après l’Italie, le Cameroun était l’équipe de mon cœur», confiera-t-il.

Après cinq saisons pleines (220 matchs) sous les couleurs du Parme de Lilian Thuram, une coupe de l’UEFA (contre Marseille en 1999) et une coupe d’Italie dans la besace, Gianluigi Buffon décide de se rapprocher des Alpes et rejoint la Juventus Turin.

Buffon et la vieille dame, l’idylle

Un grand vin coûte cher. La Juventus en a conscience et débourse 53 millions d’euros pour s’attacher les services du jeune portier italien. A seulement 23 ans, Buffon devient le gardien de but le plus cher de l’histoire. Il faut croire que la Juve s’y connaît en vin. Avec ce transfert, elle met la main sur ce qui va devenir une légende du foot. «Je crois que la Juve a recruté un talent extraordinaire, pour ça, j’y suis pour quelque chose. Mais si ce talent s’est mué en champion, c’est grâce à la Juve», déclarera Buffon au moment de lui dire adieu. Sûr de sa force mais extrêmement reconnaissant.

Avec les Bianconeri, le gardien italien remporte 9 titres de champions d’Italie, 4 coupes d’Italie, 5 supercoupes d’Italie et même un championnat de Série B en 2007. Car Buffon est un homme fidèle. Lorsque la Juve est reléguée pour des affaires extra-sportives en 2006, très sollicité, il décide de rester et de contribuer à remonter son club dans l’élite. La suite lui donnera raison. Pendant ces dix-sept années, il gagnera tout avec les Noir et Blanc. Seul trophée manquant sur son étagère : la Ligue des champions. Trois fois finaliste malheureux, la coupe aux grandes oreilles lui échappe. Malgré cette ombre au tableau, le club et ses supporteurs, l’érigent au statut de Dieu vivant. Il devient l’icône d’un club qui a vu passer des noms comme Zidane, Platini ou Del Piero. Il devient également l’icône d’un pays.

Yvan Ango

- Publicité -