- Publicité -

L’Institut Français de Douala a assuré le prolongement de La Fête De La Musique le 23 juin 2018 avec un podium géant en plein air. Le show s’est tenu sur un espace du Boulevard de la liberté à Akwa (Douala). Le spectacle était au rendez-vous et a tenu toutes ses promesses. Une véritable scène de partage entre les artistes en herbe et les artistes déjà connus. La première partie du show est électrique. Notamment des jeunes tels que : Simen et Doris Alaka. Mais Danielle Bonam captive le public avec sa voix de stenthor sur le titre « Ponda ». Le rappeur 4 Cent Ngoma met tout le monde d’accord avec la chanson « On dit que quoi ? ». Ils répètent après lui le refrain qui est le titre de ce son.

- Publicite -L'année scolaire aura du goût

Danielle Bonan

 

Dorice Alaka

 

Simen

À sa suite, c’est Kassandra La Grenade qui prend le relais et « enjaille » avec le chanson « Est ce que c’est facile ? », une saveur faite de Trap et de Bikutsi. Elle est accompagnée de ses danseuses, chacune exécute des chorégraphies de danse propre à ce registre musical.

Kassandra La Grenade

Le spectacle est concocté de danse et de gestuelle qui amènent chacun à réagir à travers des applaudissements, des cris et des rires.

La deuxième partie débute avec l’artiste Wax Dey qui apporte une touche de musicien en jouant à la guitare. Il révèle aussi ses talents de « lover boy » et chante en harmonie sur le titre « E go Better », une chanson de paix et d’espoir.

Wax Dey

 

Pakito

À sa suite, c’est Pakito qui prend la scène en otage. Hormis sa musique, il adoucit chacun avec sa voix, son expérience de la scène et sa polyvalence parlent en sa faveur. Lorsqu’il reprend en live « O shame » de Douleur, « Éyayé » d’Esa ou encore Ben Decca, c’est l’extase total chez le public.

Taty Eyong est également de la partie, jeune et polyvalente, elle conviant magistralement avec sa prestation. Une chanteuse digne et une danseuse dans l’âme qui a séduit avec « C’est mon comme ça ».

   

       Tatty Eyong                                                         Shura

Shura répond à l’appel de l’IFC de Douala avec « Allez dire » qui retentit en live pour le plus grand bonheur des fans et des mélomanes. Boy Tag permet aux amoureux de la musique de déguster ses recettes de Rap et de Bend Skin : « Mignoncité » ou « Talla ».

Boy Tag

 

DJ Gerrard Ben

Les rythmes folkloriques de l’Ouest Cameroun sont au rendez-vous grâce à DJ Gerrard Ben qui saccagent la scène avec ses danseurs.

Guy Bilong prend part au show mais le duo Étienne Mbappe et Gaëlle Wondje tient ses promesses. Le bassiste de renommée internationale apporte une coloration soft et remarquable au spectacle.

Étienne Mbappe et Gaëlle Wondje

Ndabott Family participe aussi et le leader Krotal affiche tout son charisme et l’expérience de la scène. Il invite Valsero qui le rejoint et les deux font un duo époustouflant. Ensuite, le groupe fait une reprise live de « Otapalambolam » de Moni Bilé qui suscite des applaudissements. Il ne manque d’entonner l’un des titres fétiches « Jamais » dont les chœurs sont repris par le public.

  Krotal

 

Krotal et Valsero

Cette Fête De La Musique n’est pas comme les autres puisque le musicien français Julien Pestre (qui travaille avec Charlotte Dipanda) chante des chansons camerounaises. Il débute avec le Bikutsi, lorsqu’il chante une mélodie d’Assiko, le monde applaudit et salue cette polyvalence. Cette fête a connu aussi la participation de Mink’s, des légendes comme Toto Guillaume et Annie Anzouer, sans oublier Tenor, l’actuel phénomène des musiques urbaines camerounaises et la présence surtout de Charlotte Dipanda, Petit Pays et celle de Manu Dibango.

TNK

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici