- Publicité -

Après l’IFC de Yaoundé, c’était au tour de Douala de vibrer aux rythmes d’Étienne Mbappe, l’un des grands artistes et musiciens de sa génération et de la diaspora. Accompagné de The Prophets, il s’est produit en spectacle le 30 avril dernier au sein de cet illustre Institut. Aux environs de 20h, le décor est planté, chacun est assis, les yeux rivés vers la scène et le show tant attendu peut enfin commencer. Étienne, muni de sa guitare, se met à jouer, ainsi sa clique. La musique est jouée dans toute sa diversité en passant par les colorations de Jazz, les cadences de Blues et la musique classique.

- Publicite -

Le public est séduit et ne cesse d’applaudir cette touche de maestro. Ensuite, il chante le titre  » Alane « , un pure slow arrangé par Casanova saxophoniste et membre de The Prophets. Puis, il récidive avec la chanson dont le titre est  » Djondji « . Il s’en suit une série de symphonie et de mélodies exceptionnelles. La chanteuse Gaëlle Wondje le rejoint sur la scène et le duo effectue une balade en Makossa qui est exécuté par Jambon, guitariste et membre du même groupe qui est ovationné par les spectateurs. La prestation de Gaëlle est remarquable et Étienne en est ravi.

Sa prestation live crée une saine émulation et sa musique se promène dans le temps et l’espace. C’est la joie et l’effervescence chez le public qui crie, chante et en demande. Nul ne veut qu’il s’en aille, il l’a compris et chante alors  » Cameroun O Mulema « , une chanson fétiche et éternelle. Étienne Mbappe a gardé quelque chose pour la fin. Il interprète le titre  » Milonga in seven «  et amène tout le monde à se lever, sauter et répéter après lui  » patatarara… » . C’est un moment sympathique et joviale accompagné d’un tonnerre d’ovations. Étienne Mbappe et The Prophets sont magistralement impeccables.

TNK

- Publicité -