- Publicité -

Ancien directeur régional de Sopecam-Douala aujourd’hui Directeur et éditeur de SHOW Magazine, Alain Tchakounté n’a pas pu retenir ses mots suite a l’avalanche des échecs de certains événements ou des entreprises au Cameroun mais surtout s’est arrêté sur l’attitude des camerounais qui d’après lui magnifient l’échec, au lieu d’encourager, de soutenir toute initiative, malgré les couacs.

« ah, l’échec!
Quel pays où on aime l’échec! On s’en gargarise, on se pince pour y croire, pour en rire encore plus fort, on partage sa joie de voir les initiatives des autres échouer; on « tape les divers » sur le ratage de son semblable. Oh, le bel échec! Jackie n’est pas venu? Ah, c’était « Jackie Dschang », dis donc. Le « Bruce Lee africain »-là croyait même que quoi? Miss Cameroun ne marche pas? C’est une bande d’imposteurs, on a même vu ça en mondovision. Set Mobile n’a pas trouvé le réseau? Ah, qu’il s’occupe du foot. Les affaires aux hommes d’affaires! Le tour du Cameroun n’a pas eu lieu? Achouka! Que c’était beau cet échec! On va même leur donner le trophée du plus bel échec!
Quel est ce pays où on aime voir l’autre trébucher, où on le crie même sur tous les toits? Un pays où la réussite n’est jamais acceptée, où les initiatives louables, les efforts de certains sont regardés de haut, méprisés, sinon passés sous silence. En attendant sa chute, pour enfin faire sa fête. 
Sachons que l’échec d’un projet, d’un événement, d’une entreprise est un échec collectif, échec d’une société à se transformer, échec d’une collectivité à partager les valeurs de solidarité d’entraide d’éthique et de respect, échec d’un peuple à se choisir de nouveaux leaders, échec d’un corps social à trouver un nouveau souffle, échec à changer son pays, quelque soit son niveau.
Qu’il est désolant de vivre dans un pays où ses habitants ont décidé de magnifier l’échec, au lieu d’encourager, de soutenir toute initiative, malgré les couacs. Ou sinon, se taire, tant qu’on n’a rien tenté dans sa vie. L’échec de l’autre c’est aussi le nôtre d’une certaine façon, ne l’oublions jamais. L’échec d’aujourd’hui prépare pourtant les victoires de demain.

- Publicite -L'année scolaire aura du goût

L’immobilisme et l’inertie ont fait bien des dégâts. »

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici