- Publicité -

À moins quelques heures du choc retour Paris Saint-Germain Vs Real Madrid, la question que l’on se pose est de savoir si Paris peut y arriver : réaliser la remontada. Voici 7 raisons pour lesquelles les supporters parisiens peuvent encore rêver.

1. Carton sur carton à domicile cette saison

- Publicite -

Il y a presque trois semaines maintenant, Madar ancien joueur argumentait son optimisme avec les mots suivants dans les colonnes de L’Équipe : « J’ai vu un Real moyen, qui n’a pas réagi, sauf sur la fin, mais en bénéficiant des erreurs de jeunesse du PSG. Si les Parisiens retiennent les leçons, ils peuvent marquer plusieurs buts à ce Real, sans problème à domicile, le PSG peut laminer n’importe qui ».

2. Premier choc retour au Parc de l’ère qatarie

Recevoir un grand d’Europe au retour, ce sera d’ailleurs une grande première dans l’histoire du PSG version Qatar. Les supporters attendent ce moment depuis près de cinq ans, pour revivre les grandes soirées des années 1990, quand Paris renversait Parme, le Barça ou… le Real Madrid au terme de scénarios fous, irrespirables, légendaires.

Résultat de recherche d'images pour "PSG 1990"

3. Paris l’a déjà fait

Rappelez-vous de ce 18 mars 1993, le Real se présente justement à Paris avec l’avantage d’une victoire 3-1 à Bernabeu.

George Weah ouvre rapidement le score, David Ginola offre le but du 2-0 synonyme de qualification, Valdo un 3e mais Madrid arrache le droit de rêver à la prolongation par Ivan Zamorano à la 90e. Au bout d’un interminable temps additionnel surgit Antoine Kombouaré qui, de la tête, propulse le PSG en demi-finale de la Coupe UEFA (4-1).

4. 33% de chances de réaliser l’exploit

Ce renversement de mars 1993 fait partie des 72 précédents qui se sont terminés de la sorte en Coupe d’Europe depuis 1970-1971 : une qualification après un revers 3-1 à l’extérieur. Soit 24%. Pour la seule Ligue des champions, la statistique monte à 33% de chances d’y parvenir (4 sur 12).

5. Dans la peau du chasseur qui n’a rien à perdre

Les deux Thiago, Silva et Motta, Edinson Cavani, Marco Verratti, Marquinhos, Javier Pastore étaient déjà au club il y a quatre ans. Ils ont aussi vu le Barça leur marcher dessus l’an passé lors d’un retournement plus spectaculaire encore.

Résultat de recherche d'images pour "thiago silva champions league 2018"Pour une fois, ils ne seront plus dans le camp de l’équipe qui doit défendre un avantage mais la peau des chasseurs qui n’ont rien à perdre. Peut-être leur conviendra-t-il mieux.

6. Mbappé et Cavani ne peuvent que mieux faire

Kylian Mbappé, lui, n’a pas vécu ces soirées cauchemar – Neymar non plus, mais n’en parlons plus. À Madrid, l’attaquant de 19 ans n’a pu peser que sur une avant-dernière passe décisive sur l’ouverture du score d’Adrien Rabiot.

Résultat de recherche d'images pour "mbappe psg"

À l’époque, il revenait de blessure après son traumatisme crânien contre Lyon. Depuis, l’ancien Monégasque a pu enchaîné. Son but contre l’OM en L1 témoigne d’une force de frappe retrouvée.

7. Di Maria attend son heure

Cette fois, son heure a sonné. Repoussé sur le banc des remplaçants à Madrid, Angel Di Maria va profiter de l’absence de Neymar pour enfin jouer un match qui compte cette saison. L’an passé, l’Argentin s’était offert un doublé pour son anniversaire à l’aller face au Barça et avait fait peser un danger permanent sur le but des Catalans.

Résultat de recherche d'images pour "di maria"
Le gaucher est aussi en pleine forme depuis janvier, après une première partie de saison transparente et marquée par quelques épisodes de « bouderie ». Trois jours après un autre doublé, contre Marseille, « ADM » a encore marqué, à Troyes, portant son total a 13 but en 2018 (pour 9 passes décisives).

Yvan Ango

- Publicité -