- Publicité -

L’art nécessite la créativité et la singularité, astuce qui a permis à des acteurs du Hip-hop de se distinguer et de se faire connaître. Certains ont développé leur talent de beatboxeur. Le Beatbox est communément appelé « boîte humaine à rythmes », en anglais c’est « human beatbox ». Ce terme se définit en tant qu’une technique qui fait de la musique en imitant avec sa bouche des instruments ou des « beats ». Les beatboxeur utilisent pleinement leur appareil buccal. L’accent est mis sur la percussion car lorsqu’ils « beatboxent », ils donnent du tempo et du rythme, cela se fait ressentir fortement. Il ‘s’agit d’un instrument a cappella qui se fait, s’accompagne et se réalise sans instrumental. Cette technique s’avère primordiale puisque l’importance est accordée au rythme qui est incontournable dans le Rap.

- Publicite -

Le beatbox fait partie des caractéristiques du Hip-hop au même titre que le Rap, la Break Dance, les graffitis et le « DJing ». S’agissant de son expansion, cette technique se fait connaître aux États-Unis au début des années 1980 grâce à Doug Fresh et Biz Markie. Des artistes de Jazz vont même s’en inspirer pour sortir des albums interprétés seulement à la voix. En France, à une période semblable, des artistes tels que Sheek (membre du groupe Net + Ultra) ou encore les Fabulous Trobadors. Mais l’histoire retient que c’est le Saïan Super Crew qui demeure l’emblème et l’exemple typique voire palpable du Beatbox en France. Au Cameroun, quelques artistes s’expriment au sein de cette discipline. Le nom de celui qui revient le plus sous les lèvres, c’est Thierry Olemba. Revenons sur ce dernier, en 2009 il a sorti l’album « The Human Beatbox », un opus de 14 titres. Dans cet opus, nous retrouvons le titre qui porte le même nom que l’album.

Image associée

Cette chanson parle en effet de lui comme un beatboxeur. C’est une qualité supplémentaire pour lui qui est d’abord un rappeur. Cependant, cette technique est présente mais les tendances actuelles (la Trap, l’Afro-Trap ou encore l’Afro-beat) l’ont mis en retrait. Quelques esprits « Old School » et des amoureux du Hip-hop y ont toujours recours. Elle a dépassé le cadre de la simple expression pour porter la tunique de la compétition. Le Beatbox devient donc un challenge et une opposition entre des artistes qui prennent part au goût de s’affronter avec un micro chacun. Ils imitent la musique en se servant de leur voix et jouent en a cappella sans le moindre beat.

TNK

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici