- Publicité -

La production de ce billet s’accompagne d’une tristesse et d’une désolation de ma part. La raison est simple, la semaine dernière Johnny Hallyday a tiré sa révérence à l’âge de 74 ans et c’est le monde de la musique et la planète toute entière qui lui ont rendu un vibrant hommage. Les réseaux sociaux en ont parlé à des interminables longueurs de journées. Au Cameroun, la situation est triste et paradoxale. L’artiste et légende du Bikutsi Mbarga Soukouss est passé de vie à trépas. Peu de médias locaux en ont parlé, certains sont revenus sur cela de façon brève. Une petite poignée d’internautes camerounais ont fait des publications sur les réseaux sociaux. Au lieu d’immortaliser leurs légendes, ils préfèrent s’attarder sur des légendaires qui n’épousent pas leur culture, leur tradition et leur mode de vie. Mon avis est certes subjectif mais réel et interpelle les consciences des uns et des autres. Nos légendes vont rester et demeurer ainsi et une pensée pieuse s’impose à leur mémoire. L’artiste ne meurt jamais, il continue de vivre à travers ses œuvres et c’est le cas de Johnny Hallyday au même titre que Mbarga Soukouss et bien d’autres.

TNK.

- Publicite -
- Publicité -